Documentation sociale

Vous êtes étudiant, professionnel, enseignant, documentaliste, chercheur en travail social ?
Accédez ici à tous les outils de PRISME vous permettant de chercher de la documentation et de suivre une veille documentaire spécialisées dans le secteur des sciences sociales et de l'action sociale.

Réponses 1 à 10 sur un total de 5733

Votre recherche : *

Masques - Débrouille et bricolage

Article de Marianne Langlet

Paru dans la revue Lien social, n° 1275, 9 au 29 juin 2020, p. 10.

Mots clés : Action sociale : cadre institutionnel et juridique, Masque, Travailleur social, Hygiène, Épidémie

Face à la pénurie de masques, le secteur social a fait appel au système D pour se protéger.

Accès à la version en ligne

Crise sanitaire - Quelles leçons pour l’avenir ?

Article de Christine Maurey, Dominique Raimbourg, Jean Luc Boero, et al.

Paru dans la revue Lien social, n° 1274, 26 mai au 8 juin 2020, pp. 10-29.

Mots clés : Travail social : Métiers, Travailleur social, Épidémie, Précarité, Pratique professionnelle, Innovation sociale, Débat, Évolution, Action sociale, Lien social

Numéro spécial : Paroles de Professionnels
Le confinement a impacté toute la société. Mais les populations les plus en difficulté l’ont vécu avec encore plus d’intensité. Et avec elles, les travailleurs sociaux les accompagnant qui ont dû encore plus que d’habitude, bricoler, s’adapter, innover, improviser, créer et imaginer, avec une réactivité et une efficacité amplifiées par l’urgence.
Aujourd’hui, il est temps de penser à demain. Que va devenir le travail social ? Les changements de pratique vont-ils se pérenniser ? Les conditions d’exercice de nos missions encore s’aggraver ou au contraire s’améliorer ? Les initiatives de solidarité qui ont émergé un peu partout donneront-elles un nouveau visage au vivre ensemble ou à l’inverse disparaîtront-elles aussi rapidement qu’elles sont apparues ? Pendant le confinement Lien Social a sollicité des professionnels pour répondre à la question : comment voyez-vous l’action sociale demain, après le Covid-19 ? Ils nous ont rendu des contributions à la fois disparates et complémentaires, centrées sur le quotidien et sur la globalité, pessimistes et optimistes. De quoi nourrir nos réflexions et ouvrir le débat.

On parle avec les papas par Christine Maurey
« Il pleut des Sous » par Gaëlle
Faire vivre le lien social : une urgence virale ! Pour le collectif Avenir Éducs : Didier, Kanti, Mathieu, Muriel
Entretien avec Dominique Raimbourg :
« L’inflexion de la politique pénale initiée aujourd’hui doit être prolongée demain »
Ce que devrait être l’après Pandémie par Jean-Luc Boero
Entretien avec Florent Gueguen :
Sans-abrisme - Éviter l’explosion de la pauvreté
L’action sociale doit-elle être revisitée ? par Didier Dubasque
D’hier à demain par Jacques Trémintin
Une crise sanitaire révélatrice des fragilités par Jean-Marie Vauchez
Y aura-t-il un jour d’après ? par Laurent Ott
Aux jours meilleurs par Ludwig Maquet

Accès à la version en ligne

Le développement du langage de production en français (DLPF) entre 18 et 42 mois : une synthèse

Article de Dominique Bassano, Florence Labrell, Philippe Bonnet

Paru dans la revue Enfance, n° 2, avril-juin 2020, pp. 151-174.

Mots clés : Petite enfance-Périnatalité, Acquisition du langage, Outil, Évaluation, Jeune enfant, Vocabulaire

La période qui s’étend de un an à quatre ans environ est cruciale pour l’acquisition du langage oral, que l’enfant met en place en intégrant les trois dimensions fondamentales du lexique, de la grammaire et de la pragmatique émergente. Or il existe en français peu d’outils permettant d’évaluer ou d’analyser le développement du langage durant la prime enfance, et peu de recherches donnant une vision d’ensemble de cette période. Tel est l’objectif de l’étude de référence du DLPF réalisée auprès de 517 enfants de 18 à 42 mois et ciblant conjointement les trois domaines langagiers. Nous avons mis cette étude à disposition du public dans un ouvrage très complet aux Archives ouvertes HAL (Bassano, Labrell, & Bonnet, 2020). Le présent article vise à fournir une synthèse de ce travail.

Accès à la version en ligne

Comportements de désinhibition sociale et d'attachement d'enfants d'âge préscolaire consultant en pédo-psychiatrie

Article de Marthe Delbarre, Karine Dubois Comtois, Julie Achim, et al.

Paru dans la revue Enfance, n° 2, avril-juin 2020, pp. 241-258.

Mots clés : Petite enfance-Périnatalité, Carence affective, Attachement, Jeune enfant, Relation enfant-mère, Trouble du comportement, Psychiatrie infantile

Contexte : Les études récentes ont contribué à distinguer les comportements de désinhibition du contact social (CDCS) du concept d’attachement. Certains auteurs, en s’appuyant sur de rares études qui ont observé une corrélation entre les CDCS et l’attachement insécure chez de jeunes enfants, soutiennent qu’il pourrait tout de même exister une association entre les deux, notamment lors de la constitution des premiers liens avec la mère. À ce jour, très peu d’études ont examiné cette association chez des enfants vivant avec leur mère biologique et aucune auprès d’enfants issus d’un échantillon pédopsychiatrique. Objectif : Le but de cette étude exploratoire est d’examiner s’il existe un lien entre l’attachement mère-enfant de type insécure et la présence de CDCS chez des enfants consultant en service de pédopsychiatrie. Méthode : Vingt-neuf enfants (âgés entre 23 et 71 mois) et leur mère ont participé à l’étude. Les CDCS et l’attachement mère-enfant ont été examinés lors d’une procédure de séparations et de réunions avec la présence d’une étrangère. Résultats : Plus les scores de CDCS sont élevés chez les enfants, plus leurs comportements d’attachement sont de type désorganisé/contrôlant et moins ils présentent des comportements d’attachement de type sécure. Conclusion : Ces résultats sont en accord avec ceux d’études antérieures qui avaient montré l’existence d’un lien significatif entre l’attachement mère-enfant de type insécure et la présence de CDCS chez de jeunes enfants vivant dans des milieux à risque psychosocial élevé.

Accès à la version en ligne

Auto-évaluation de ses émotions à 4 et 5 ans : une adaptation de l'entretien de Carroll et Steward

Article de Geneviève Laurent, Karin Ensink, Raphaële Miljkovitch

Paru dans la revue Enfance, n° 2, avril-juin 2020, pp. 219-239.

Mots clés : Petite enfance-Périnatalité, Auto-évaluation, Jeune enfant, Outil, Émotion, Agressivité, Entretien, Altérité, Psychologie du développement

Cette étude pilote avait pour objectif de développer un outil d’évaluation de la compréhension de ses propres émotions par les enfants de 4 et 5 ans et d’en examiner les propriétés psychométriques. L’instrument proposé, l’Entretien sur les émotions modifié (EE-M), est une adaptation de l’entretien de Carroll et Steward (1984). Il a été testé auprès de 50 enfants âgés de 4 et 5 ans dont la moitié présentait un problème d’agressivité et l’autre moitié était un groupe contrôle apparié. Les résultats montrent que l’EE-M possède de bonnes propriétés psychométriques, à savoir une bonne fidélité inter-juges et une consistance interne satisfaisante. Les liens entre cet entretien et la compréhension des émotions d’autrui suggèrent en outre une validité discriminante satisfaisante. La validité du construit a été confirmée par des liens attendus avec l’agressivité et la régulation émotionnelle. Les résultats sont par ailleurs cohérents avec ce que l’on sait de la séquence développementale de la compréhension des émotions.

Accès à la version en ligne

Liens d'attachement : une autre perspective pour une autre culture. Etude exploratoire sur des enfants libanais

Article de Nayla Nahas

Paru dans la revue Enfance, n° 2, avril-juin 2020, pp. 193-216.

Mots clés : Petite enfance-Périnatalité, Relation enfant-mère, Relation familiale, Théorie, Attachement, Psychologie du développement, Adaptation, Outil, Société, Culture, Liban

Cet article s’interroge sur la validité et les limites de l’utilisation des théories et des outils d’évaluation des liens d’attachement développés dans des contextes américains et européens pour l’évaluation de la qualité de l’attachement dans d’autres cultures comme celle du Moyen-Orient. Il présente une étude exploratoire d’un outil de mesure de l’attachement, les Cartes de modèles individuels de relations (CaMir) sur un échantillon d’enfants libanais (N = 410) parlant la langue arabe. L’analyse factorielle en composante principale sur une version simplifiée (37 items) du CaMir a permis de trouver des catégories d’attachement proches de celles développées par la théorie de l’attachement mais leur expression se trouve être nuancée en fonction de la culture examinée. Cet article discute de la relation entre l’attachement et le mode d’interaction sociale caractérisé par la connectivité relationnelle.

Accès à la version en ligne

Développement du savoir-faire corporel durant la première année de vie du bébé

Article de Lisa Jacquey, Jacqueline Fagard, Kevin O'Regan, et al.

Paru dans la revue Enfance, n° 2, avril-juin 2020, pp. 175-192.

Mots clés : Petite enfance-Périnatalité, Apprentissage précoce, Psychomotricité, Développement cognitif, Corps, Développement sensoriel, Nourrisson, Fœtus

Cette revue de la littérature propose d’examiner de quelle manière le savoir-faire corporel du bébé s’affine au cours de la première année de vie, en décrivant ce développement à travers l’exploration du corps et l’exploration de l’environnement physique. Ce développement précoce pourrait participer à l’acquisition par le bébé d’un sens de l’agentivité (sense of agency) et d’un sens du corps propre (body ownership). Le développement du savoir-faire corporel, par son statut de précurseur d’une connaissance plus approfondie du corps et de soi, jouerait un rôle essentiel dans le développement sociocognitif et psychomoteur de l’enfant.

Accès à la version en ligne

De la rivalité mère-fille à l'adultère avec le gendre : vers l'indépendance transgénérationnelle ?

Article de Zahia de Araujo

Paru dans la revue Le Journal des psychologues, n° 378, juin 2020, pp. 64-69.

Mots clés : Enfance-Famille, Relation enfant-mère, Fille, Rivalité, Autonomie, Adultère

Les relations mère-fille sont la plupart du temps d’une forte intensité. Elles peuvent être sereines comme extrêmement complexes. La question de cette rivalité apparaît comme centrale dans le développement identitaire et la construction de l’indépendance psychique. Mais cette rivalité peut aussi devenir « ravissante »*, venant déposséder la fille d’elle-même. Dans ce texte, l’auteure analyse une relation mère-fille destructrice, qui va aller jusqu’à l’adultère avec le gendre – manifestation ultime de ce ravissement. Et pourtant, de cet adultère, va également naître un mouvement de survie vers l’indépendance.

Accès à la version en ligne

Jeunes migrants isolés : comment aider à la reconstruction, après le traumatisme destructeur

Article de Cécile Flaget

Paru dans la revue Le Journal des psychologues, n° 378, juin 2020, pp. 59-63.

Mots clés : Jeunesse-Adolescence, Immigration-Interculturalité, Mineur non accompagné, Traumatisme, Psychothérapie

Dans ce texte très personnel, l’auteure rend compte de son expérience en tant que psychologue auprès de jeunes migrants isolés. Arrivés en France après de très longs et douloureux périples, ces patients, adolescents, sont souvent en perte de repères. Cécile Flaget leur offre un espace de parole libérée, où ils peuvent déposer leurs souffrances et leurs espoirs, afin de se reconstruire, tout doucement.

Accès à la version en ligne

Regards cliniques sur la grand-parentalité

Article de Ivy Daure, Céline Paris Zapata, Yveline Rey, et al.

Paru dans la revue Le Journal des psychologues, n° 378, juin 2020, pp. 12-54.

Mots clés : Enfance-Famille, Grands-parents, Psychologie clinique, Gérontologie, Maladie, Migration, Handicap, Fonction, Maternité, Relation enfant-parents

L'Insee rapporte que plus de 15 millions de grands-parents en France métropolitaine jouent un rôle actif dans l’organisation et le bon déroulement de la vie de la famille et de leurs petits-enfants au quotidien. Grâce à une durée de vie plus longue : les grands-parents sont sportifs, en forme ; ils travaillent, voyagent, ont une dynamique de vie où chacun vit chez soi, dans laquelle la famille nucléaire est préservée, bien que la présence des grands-parents reste importante au fonctionnement du système.

Accès à la version en ligne