Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 346

Votre recherche : *

Couples biculturels : la "fonction écran" de la culture

Article de Ivy Daure, Daniela Curra

Paru dans la revue Le Journal des psychologues, n° 374, février 2020, pp. 68-73.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Couple mixte, Interculturel, Culture

Dans cet article, les auteures s’intéressent aux couples mixtes, et à leur suivi thérapeutique. À travers deux cas cliniques, elles analysent la construction de ces couples en trois étapes : la rencontre, le choix du pays de vie commune et l’évolution de la relation, comme une construction entre les deux cultures. Si l’objectif de l’article est de donner des clés de compréhension, il permet surtout d’entrevoir comment la culture peut tenir une « fonction écran » dans l’élaboration d’autres difficultés, parfois sans rapport avec ces différences culturelles.

Accès à la version en ligne

Le ventre des femmes

Article de Ibtissam Bouchaara

Paru dans la revue Lien social, n° 1263, 10 décembre 2019 au 6 janvier 2020, pp. 28-29.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Femme, Immigré, Grossesse, Hébergement, Bénévolat, Témoignage

Ce que les réfugiés nous enseignent : hypothèses cliniques

Article de Olivier Douville

Paru dans la revue Le Journal des psychologues, n° 373, décembre 2019-janvier 2020, pp. 67-73.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Réfugié, Approche clinique, Traumatisme, Psychothérapie

Dans cet article, l’auteur rend compte d’une clinique d’écoute, d’accompagnement et de soins psychiques auprès de demandeurs d’asile et de clandestins, rencontrés et pris en charge en foyer. Ces migrants et ces réfugiés traversent de multiples épreuves, traumatisantes, depuis le jour où ils quittent leur pays d’origine jusqu’au jour où ils découvrent leur pays d’accueil. Olivier Douville montre ici comment la psychanalyse peut permettre à ces hommes et ces femmes de se réapproprier leur histoire, leur nom, afin de retrouver une confiance en l’autre et de faire à nouveau partie d’une communauté.

Accès à la version en ligne

Ah ! Si j'étais riche...

Article de Nathalie Ferré, Laure Brillaud, Hugo Bréand, et al.

Paru dans la revue Plein droit, n° 123, décembre 2019, pp. 3-22.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Immigration, Inégalité, Argent, Groupe d'appartenance, Niveau de vie, Niveau de qualification, Union européenne, Corruption, Étudiant, Étranger, Cadre, Travailleur immigré, Mobilité professionnelle, Discrimination

Parler de l'immigration en Europe nous conduit généralement à évoquer les mauvaises conditions d'accueil et de vie faites aux immigré·es, la précarité des statuts juridiques subordonnés à des conditions draconiennes, le mauvais sort réservé à des populations rendues responsables de tous les maux de la société. Les lois, nombreuses, réformant l'entrée et le séjour des étrangers et le droit d'asile visent toutes à restreindre leurs "flux", à faciliter leur éloignement, à leur dénier les rares droits qui ont été préservés. Il est pourtant des étrangères et des étrangers dont la présence ne semble poser aucun problème aux autorités qui leur déroulent le tapis rouge. Quelle que soit leur nationalité, les « compétences et talents » des riches séduisent, surtout lorsqu’ils sont sonnants et trébuchants. Des dispositifs spécifiques ont donc été mis en place pour faciliter leur venue et celle de leur famille, d'abord régis par voie de circulaire jusqu'à la politique assumée d'"immigration choisie" qui n'a cessé d'être renforcée depuis 2008. Et que dire des visas et des passeports "dorés" que la plupart des États européens proposent aux très riches au risque de mettre à mal les principes d'une citoyenneté européenne commune ? Dans le domaine de l'immigration comme ailleurs, on ne prête décidément qu'aux riches...

Accès à la version en ligne

Un café entre ici et là-bas

Article de Moncef Labidi, Claire Lévy Vroelant

Paru dans la revue Plein droit, n° 123, décembre 2019, pp. 33-36.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Immigration, Personne âgée, Vieillissement, Isolement, Café, Socialisation, Solidarité, Logement, Relation, Usager, Administration, Association, Accompagnement social, Paris

En 2003, l’association Ayyem Zamen, qui se mobilise auprès de personnes migrantes vieillissantes en situation de précarité économique ou de fragilité sociale, ouvre le premier Café Social dans un quartier populaire parisien. Moncef Labidi, son fondateur et directeur pendant 16 ans, revient sur la création de ce lieu, sur le lancement des « domiciles partagés » et sur les combats portés par l’association.

Accès à la version en ligne

[Sur-]vies calaisiennes

Article de Mathilde Robert

Paru dans la revue Plein droit, n° 123, décembre 2019, pp. 23-26.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Immigration, Illégalité, Clandestinité, Solidarité, Réfugié, Accompagnement, Aide juridictionnelle, Santé, Violence, Police, Avocat, Témoignage, Pas de Calais, Calais

Aider les exilés à Calais et s’y engager à plein temps, c’est se retrouver face à une réalité contrastée. C’est être témoin de l’horreur policière, mais aussi de l’intense vitalité qu’expriment les diverses communautés qui se reconstituent après chaque agressio subie, reliées les unes aux autres par des pratiques imposées pour la survie du quotidien. Du « bricolage linguistique » à la mémoire entretenue de la « jungle life », les exilés de Calais partagent une expérience des limites.

Accès à la version en ligne

Accueil et accompagnements socio-éducatifs des mineurs non accompagnés au foyer de l’enfance : bouleversements des prises en charge, adaptation des pratiques et complexité des mesures de protection

Article de Gisèle Dambuyant

Paru dans la revue Empan, n° 116, décembre 2019, pp. 66-73.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Protection de l'enfance, Travail social, ASE, Mineur non accompagné, Vulnérabilité, Enfance en danger, Prise en charge, Pratique professionnelle, Accueil

Depuis peu, les réalités des structures chargées de l’accueil et de la prise en charge de l’enfance en danger, placée en foyer de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), ont été « bouleversées » par l’arrivée parfois massive des mna. En effet, deux types de publics coexistent dans ces structures. Les premiers, classiquement accueillis par ces services, sont des enfants victimes de carences éducatives ou de mauvais traitements obligeant à une rupture familiale. Les seconds, relativement récents dans ces dispositifs, sont des mineurs isolés non accompagnés sur le territoire français (MNA). Si tous ont besoin de protection, leurs accueils puis leurs accompagnements socio-éducatifs doivent prendre en compte leurs réalités quotidiennes et leurs trajectoires antérieures, ce qui s’avère complexe, voire paradoxal, pour les mineurs étrangers.
Dans la société contemporaine, et au-delà des nécessaires adaptations de pratiques professionnelles, c’est aussi un élargissement et un changement de conceptualisation de la prise en charge de l’enfance en danger qui se réalise : de la protection rapprochée à la protection distanciée.

Accès à la version en ligne

« Il fallait que j’aille sur les frontières »  : récit

Article de Fabienne Augié

Paru dans la revue Empan, n° 116, décembre 2019, pp. 89-95.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Motivation, Tolérance, Solidarité, Migration, Contrôle, Photographie, Travailleur social, Témoignage

Fabienne est comédienne. Fabienne est citoyenne. Du monde. Elle subit un contrôle migratoire à la frontière italienne. Et tout se (re)déclenche en elle. Fabienne est photographe. Son engagement pour paraphe. Elle ne veut pas « faire spectacle avec ce qui est en train de se passer ». Alors elle observe, témoigne, lutte. Avec son cœur et ses tripes. Et son regard d’artiste nous donne, concernant la migration, l’occasion de transformer l’indignation en compréhension, considération puis en implications. « Faut qu’on travaille ».

Accès à la version en ligne

Terre d’asile… Terre d’argile !

Article de Laïa Kelberine

Paru dans la revue Empan, n° 116, décembre 2019, pp. 86-88.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Réfugié, Citoyenneté, Éthique, Solidarité, Militantisme, Expulsion, Centre d'accueil pour demandeurs d'asile

Citoyens, nous sommes citoyens du monde. Une évidence d’époque ! Le cadre professionnel en est l’espace révélateur ; la solidarité collective le corollaire. L’alerte peut alors décliner tous ses effets. Ici au bénéfice de réfugiés.

Accès à la version en ligne