Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 837

Votre recherche : *

Crèche intergénérationnelle : quand Tom rencontre Josette

Article de Solenne Durox, Jean Michel Delage

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3219, 23 juillet 2021, pp. 26-29.

Mots clés : Petite enfance-Périnatalité, Grand âge-Vieillissement, EHPAD, Micro-crèche, Génération, Épanouissement, Rencontre, Enfant, Personne âgée, Réseau, Lien social, Respect, Isolement

Pour permettre aux enfants de bien grandir et aux aînés de bien vieillir, Tom et Josette joue la carte de l’intergénérationnel en installant, comme à Rennes, des micro-crèches dans des Ehpad. Une deuxième a ouvert à Bordeaux en mai et d’autres devraient suivre ailleurs, avec l’idée de créer un réseau spécialisé.

Lutter contre la maltraitance entre résidents dans les établissements locatifs réservés aux aînés autonomes et semi-autonomes au Québec

Article de Roxane Leboeuf, Marie Beaulieu, Françoise Tschopp

Paru dans la revue Écrire le social, n° 3, juillet 2021, pp. 64-82.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Personne âgée, Établissement pour personnes âgées, Maltraitance, Usager, Recherche-action, Résidence autonomie, Québec (Province du)

Notre recherche-action est issue de l’initiative de trois établissements locatifs à but lucratif accueillant des aînés autonomes et semi-autonomes au Québec préoccupés par des situations de maltraitance entre leurs résidents. Au moyen d’entrevues de groupes avec des résidents, des employés et des gestionnaires, elle visait à documenter ce problème en conjugaison avec la bientraitance entre les résidents. Notre article discute plus spécifiquement des actions posées afin de lutter contre la maltraitance et de promouvoir la bientraitance entre les résidents. Les enjeux soulevés et les pistes d’actions proposées invitent à questionner les limites des compétences attendues chez les employés ainsi que l’offre de services de ces établissements, puis à réfléchir le travail de concertation avec les organisations dans la communauté.

Accès à la version en ligne

Fin de vie : réinterroger les pratiques

Article de Alexandra Marquet, Laurence Hardy, Philippe Giafferi, et al.

Paru dans la revue ASH Etablissements, hors-série n° 7, juillet 2021, pp. 3-41.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Handicap-Situations de handicap, Fin de vie, Accompagnement de fin de vie, Soins palliatifs, Mort, Personne âgée, Dépendance, Vieillissement, Personne handicapée, EHPAD, MAS, Foyer d'accueil médicalisé, Pratique professionnelle, Établissement social et médicosocial, Travailleur social, Équipe soignante, Épidémie, Projet de vie

TENIR LA MAIN DU MOURANT. Les débats politiques et de société sont souvent animés dès lors que surgissent les questions de la fin de vie, des soins palliatifs, de l'euthanasie ou du suicide assisté. Quand les résidents aspirent à finir leur existence au sein de leur établissement, pour y mourir dignement. Derrière cette formule pudique, c'est une présence, une écoute et un accompagnement à la hauteur des attentes qui sont demandés. Non un transfert vers l'hôpital. Mourir dans son lit, en conservant ses repères, entouré de ses photos, d'odeurs et de visages familiers (...). Un souhait pas toujours entendu. A l'heure où les établissements médico-sociaux se revendiquent comme des lieux de vie, ils sont nombreux à ne pas assumer qu'on y meurt aussi. Et pourtant, le vieillissement des personnes en situation de handicap ou encore l'intégration en Ehpad d'une population de plus en plus dépendante et souffrant de polypathologies font que la mort s'est invitée dans leur quotidien (...).
A QUAND UN VERITABLE LIEN ENTRE SANITAIRE ET SOCIAL ? Face à cette situation, certaines structures refusent de se saisir de la question et de structurer cet ultime accompagnement. Avec quelles conséquences ? Des résidents perdus transférés dans les tout derniers jours de leur vie, arrivant à l'hôpital pour y rendre leur dernier souffle, sans repère, alors que la Haute autorité de santé et l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux ont tout prévu grâce aux partenariats avec les équipes mobiles de soins palliatifs ou en sollicitant une hospitalisation à domicile...
PRATIQUES REINTERROGEES. Les équipes doivent plus que jamais réinterroger leurs pratiques en intégrant des projets palliatifs aux projets de vie. Malgré le manque de temps évident, des postures, des gestes et un discours tourné vers la "Validation" de Naomi Feil, ont toute leur importance pour apporter du réconfort (...).
EN FINIR AVEC LE DENI. La mort est par essence liée au parcours des résidents. Une réalité révélée par la pandémie Covid-19, période au cours de laquelle les décès se sont multipliés en EHPAD et les hospitalisations ont été plus nombreuses en FAM ou en MAS, marquant ainsi la fin du déni pour ces lieux de vie. Reste à gérer l'accompagnement psychologique des usagers et des professionnels qui n'est pas encore à la hauteur des besoins. Les conséquences de la temporalité (au moment du décès) ne sont pas prises en compte par des structures qui ne doivent pas fonctionner à perte et où une chambre vide doit rapidement trouver preneur.

Les promesses tenues du village Alzheimer

Article de Maxime Ricard, Christian Bellavia

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3212, 4 juin 2021, pp. 6-14.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Accueil, Personne âgée, Maladie d'Alzheimer, Activité, Vie quotidienne, Soin, Changement, Équipe soignante, Perception, Rythme, Adaptation, Regard, Participation, Dax

A Dax, il y a tout juste un an, une structure d’accueil pour personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer a ouvert ses portes. Unique en France, ce « village » a pour ambition de maintenir les activités de la vie quotidienne et d’être totalement ouvert sur l’extérieur.

Les interventions psychosociales : un autre accompagnement possible

Article de Alexandra Marquet, Kevin Charras, Laurence Hardy, Hervé Platelet al.

Paru dans la revue ASH Alzheimer, hors-série n° 5, mai 2021, pp. 3-41.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Maladie d'Alzheimer, Démence sénile, Vieillissement, Personne âgée, Accompagnement, Médecine alternative, Lien social, Animation socioculturelle, Traitement médical, Qualité de la vie, Vie quotidienne, Soin, Bien-être, Aménagement de l'espace, Adaptation, Trouble du comportement, EHPAD, Repas, Plaisir, Musicothérapie, Mémoire, Émotion, Psychosociologie, Relation soignant-soigné, Communication non-verbale, Psychothérapie, Souffrance psychique, Snoezelen (Méthode)

MEDECINES ALTERNATIVES, interventions non médicamenteuses ou interventions psychosociales ? Le débat lexical perdure, signe du chemin à parcourir pour que médecins, psychologues, soignants, thérapeutes, intervenants, financeurs parlent le même langage ; celui de l’accompagnement des personnes atteintes de maladies neurodégénératives et privées de traitements curatifs. Alors que leur dénomination suscite parfois le débat en France, les interventions psychosociales et environnementales (IPSE) sont reconnues au niveau international, et se sont progressivement développées. Derrière ces mots se cachent, selon l’association américaine de psychiatrie, des objectifs précis autour de l’amélioration de la qualité de vie, du fonctionnement psychologique et social des personnes aidées, le tout en s’appuyant sur leurs capacités restantes et leur pouvoir d’agir. En d'autres termes, un avenir possible et de l'espoir malgré la progression des lésions cérébrales. Pas à pas, les soignants ont changé leurs pratiques. Pendant longtemps, face aux symptômes liés à la démence, la seule réponse de soin passait systématiquement par les médicaments. C’est parfois encore le cas. Or, une autre philosophie se dessine avec une volonté d’accompagner et non de guérir. Cette approche aborde les maladies neurodégénératives sous un autre angle. Décider, choisir, s’exprimer sont encore possibles, même à un stade sévère, à condition que l’entourage, familial et professionnel, soit à l’écoute des besoins et que l’environnement architectural soit un support incontournable de l’accompagnement.
UNE OFFRE DIVERSIFIEE… En 2008, la Haute Autorité de santé consacrait une première série de recommandations pour l’utilisation des interventions psychosociales. Treize ans après, les expérimentations et évaluations en France et à l’étranger n’ont eu de cesse de se développer : art-thérapie, repas thérapeutiques, réminiscence, Snoezelen… Sur le terrain, rien ne doit être laissé au hasard : soignants et intervenants formés, indications de traitement, profils des bénéficiaires, constitution des groupes, observation, adaptation et évaluation. L’accompagnement personnalisé reste une condition sine qua non de leur réussite, que ce soit en institution ou à domicile.
UN FINANCEMENT A INVENTER. Comment les interventions psychosociales peuvent-elles se généraliser et s’affranchir des disparités territoriales pour se démocratiser ? Un nouveau modèle économique devra s’imposer pour favoriser leur déploiement, que ce soit en milieu urbain ou rural. Des réponses réglementaires doivent être apportées pour une prescription facilitée et un remboursement assuré. En 2018, suite à sa décision de dérembourser les médicaments "anti-Alzheimer", Agnès Buzyn avait promis qu’aucune économie ne serait réalisée "sur le dos des malades". Qu’en est-il ? Quel fléchage pour ces millions ? A travers ces interventions, un nouveau modèle doit se généraliser pour que les personnes malades et leurs aidants retrouvent leur statut dans la société. Et que les soignants soient réhabilités dans leur rôle d’accompagnants.

L’État, les vieux, les professionnels : la crise sanitaire, un puissant révélateur du mode de gestion de la vieillesse

Article de Dominique Argoud, Marion Villez

Paru dans la revue Vie sociale, n° 33, 2021, pp. 127-140.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Personne âgée, État, Vulnérabilité, Autonomie, Liberté, Care, Épidémie

Le secteur gérontologique est soumis, comme tout le secteur social et médico-social, à un fragile équilibre entre un souci de protection du public aidé et une préservation de son autonomie et de sa liberté. La crise sanitaire liée à la Covid-19 a drastiquement renforcé la logique de protection, mimant en cela les mesures en vigueur dans le secteur sanitaire. Si les personnes âgées ont échappé à des mesures de confinement les visant spécifiquement, les établissements et services gérontologiques ont été destinataires de multiples injonctions et protocoles de la part des autorités publiques. Cette situation a mis en évidence les fragilités structurelles d’un secteur qui ne dispose guère des moyens de faire valoir ses spécificités, tant le care est jugé secondaire par rapport au cure. Ceci ne doit cependant pas occulter le potentiel d’innovation et de solidarité existant localement.

Accès à la version en ligne

Paquita, le camion qui relie l’Ehpad à la ville

Article de Leslie Fauvel, Vincent Wartner

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3204, 9 avril 2021, pp. 28-31.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, EHPAD, Transport, Personne âgée, Individu, Milieu urbain, Rencontre, Activité, Animation, Projet, Intégration, Participation, Aidant familial, Soutien psychologique, Écoute, Nîmes

A Nîmes, le pôle gérontologique vient d’inaugurer un camion pensé comme un kit d’animation, qui permet aux résidents des Ehpad et aux habitants des quartiers de se rencontrer autour d’activités communes. Un projet inclusif et intergénérationnel conçu avant tout comme un outil d’ouverture.

L'infection à Covid-19 est aussi une maladie psychogériatrique

Article de Philippe Thomas, Cyril Hazif Thomas

Paru dans la revue Soins gérontologie, n° 148, mars-avril 2021, pp. 37-39.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Anxiété, Contamination, Épidémie, Équipe soignante, Étude de cas, Isolement, Maladie infectieuse, Personne âgée, Psychiatrie, Psychopathologie, Risque, Soin, Souffrance psychique, Stress, Vulnérabilité, Vieillissement

Les formes graves de la maladie infectieuse à Covid-19 concernent souvent les personnes âgées fragiles. Elles peuvent induire des manifestations psychiatriques inaugurales ou aggravantes de pathologies psychiatriques sous-jacentes. Certains de ces troubles neuropsychiques persistent après l’épisode aigu et nécessitent une prise en charge spécifique. Médecins et soignants concernés par le soin des malades infectés sont eux-mêmes exposés à des difficultés psychologiques, voire psychiatriques, et sont en recherche d’une aide collaboratrice complétant les actions des secteurs de soins somatiques.

Automatisation du circuit du médicament dans la sécurisation du patient

Article de Hugues Michelon, Carole Ongaro, Chrystelle Croitor, et al.

Paru dans la revue Soins gérontologie, n° 148, mars-avril 2021, pp. 30-34.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Aménagement du poste de travail, Automatisation, Ergonomie, Étude de cas, Gériatrie, Informatisation, Médecin, Organisation, Partage d'informations, Personne âgée, Pharmacie, Prescription médicale, Prise en charge, Recherche, Risque, Statistiques, Suivi médical, Technologie de l'information et de la communication, Traitement médical, Vieillissement

Le circuit du médicament est un processus complexe, transversal et à risque. Il relève d’étapes interdépendantes à la fois cliniques et logistiques. Son automatisation et son informatisation constituent de vrais leviers de sécurisation de la prise en charge médicamenteuse du patient et d’optimisation dans l’organisation des soins. Ils permettent de libérer le personnel soignant d’un temps précieux pour assurer les soins, en particulier en gériatrie.

Living lab et technologies pour les personnes âgées

Article de Maribel Pino, Souad Damnée, Hermine Lenoir, et al.

Paru dans la revue Soins gérontologie, n° 148, mars-avril 2021, pp. 26-29.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Accompagnement, Aidant familial, Déficience cognitive, Développement, Étude de cas, Évaluation, Hôpital, Indicateur, Innovation, Méthodologie, Personne âgée, Recherche, Soin, Technologie de l'information et de la communication, Technologie numérique, Vieillissement

Le living lab est une approche qui encourage la conception et le développement de solutions technologiques innovantes dans un processus de coconstruction impliquant les utilisateurs et les autres acteurs clés. Sa méthodologie développe les technologies du Broca living lab, dédié aux soins des personnes âgées ayant des troubles cognitifs et de leurs aidants.