Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 1045

Votre recherche : *

Une résidence autonomie ouverte au handicap

Article de Jean Marc Engelhard

Paru dans la revue Direction(s), n° 220, juin 2023, pp. 14-16.

Mots clés : Handicap-Situations de handicap, Grand âge-Vieillissement, Handicap psychique, Résidence autonomie, CCAS, Dépendance, Personne âgée, Vie quotidienne, Partenariat, Atelier, Saint-Denis

Depuis 2020, à la résidence autonomie Ambroise-Croizat gérée par le centre communal d'action sociale, cohabitent des seniors et des personnes en situation de handicap psychique. Pour ces dernières, un nouveau mode de vie qui leur permet davantage d'indépendance.

Vieillir demain. Comment s'organiser pour faire bon ménage avec les futures populations âgées

Article de Alain Parant

Paru dans la revue Futuribles, n° 454, mai-juin 2023, pp. 43-58.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Personne âgée, Vieillissement, Retraite, Approche historique, Prospective, Plan, Rapport, Statistiques, Dépense, Maintien à domicile, Mortalité, Espérance de vie, Bilan, Lion Robert

Alain Parent rend compte du rapport Vieillir demain, (en 1980, fruit des travaux du groupe Prospective personnes âgées, présidé par Robert Lion) pour montrer, 40 ans plus tard, la pertinence de nombre de ses recommandations concernant "l'adaptation de notre société au vieillissement" et dresser un bilan sans concessions des actions qui l'ont suivi. Ce bilan est assez révélateur du piètre usage que les pouvoirs publics font des travaux de prospective, en tout cas en France, et de leur propension à l'inaction s'agissant des adaptations qu'exigent des problèmes de fond

Coup de neuf pour les résidences autonomie

Article de Garance Chesné

Paru dans la revue Le JAS le journal des acteurs sociaux, n° 275-276, Mars - avril 2023, pp. 42-44.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Résidence autonomie, Établissement pour personnes âgées, Dépendance, Autonomie, Personne âgée, CNSA

L'Assurance retraite et la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) ont lancé leur appel à projets annuel pour poursuivre en 2023 la réhabilitation des résidences autonomie. Les gestionnaires ont jusqu'à fin mai pour déposer leurs dossiers auprès des Carsat. Ce plan d'aide à l'investissement est complété depuis l'an dernier par des financements dédiés à la création de nouveaux logements au sein des résidences. L'occasion de faire le point sur les priorités d'une politique ambitieuse.

Assistant social en Ehpad : une valeur ajoutée

Article de Joran Le Gall, Maxime Ricard

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3304, 21 avril 2023, pp. 26-27.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Grand âge-Vieillissement, Assistant de service social, EHPAD, Conditions de travail, Organisation du travail, Équipe soignante, Identité professionnelle

Peu d’assistants de service social exercent en Ehpad. Et quand une direction les recrute, ils sont souvent embauchés à contre-emploi en raison d’une méconnaissance de leur rôle, cantonné la plupart du temps au seul accès aux droits administratifs et financiers. Pourtant, selon Joran Le Gall, président de l’Anas (Association nationale des assistants de service social), ces professionnels pourraient se voir confier d’autres missions, et constituer une interface non seulement entre les résidents et les équipes, mais aussi entre l’établissement et la société. Une manière de participer au mieux vieillir, à condition, avant tout, que le secteur redevienne attractif.

Un village intergénérationnel prend vie sur l'emplacement d'un ancien Ehpad

Article de Sophie Le Renard

Paru dans la revue La Gazette des communes, n° 10/2656, Semaine du 13 au 19 mars 2023, pp. 42-43.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, EHPAD, Logement, Logement social, Intergénérationnel, Lien social, Aménagement du territoire, Développement local, Collectivité territoriale, Bretagne

A la suite du déménagement de son Ehpad, Grand-Champ a voulu répondre aux enjeux de vieillissement de sa population et développer des logements pour tous. Des seniors en perte d'autonomie, des étudiants, des jeunes actifs ou des sportifs ont désormais la possibilité de cohabiter dans un espace dédié au cœur de la ville. La commune a aménagé, avec le bailleur social Bretagne sud Habitat, un village intergénérationnel qui allie logement adapté, résidence jeunes et accès à des services.

La nuit à domicile : la continuité de l'accompagnement en jeu

Article de Alexandra Marquet, Philippe Giafféri, Louis Ploton, et al.

Paru dans la revue ASH Domicile, hors-série n° 27, mars 2023, pp. 3-41.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Handicap-Situations de handicap, Personne âgée, Vieillissement, Dépendance, Personne handicapée, Aide à domicile, Maintien à domicile, Accompagnement, Nuit, Sécurité, Anxiété, Aide soignant, Aidant familial, Auxiliaire de vie sociale, Besoin, Territoire

A l’heure où le virage domiciliaire est sacralisé, les pouvoirs publics ont omis non pas un détail, mais près de 12 heures quotidiennes pendant lesquelles l’accompagnement de nuit des personnes vulnérables est une sorte de zone grise peuplée d’isolement et d’absence de solution. Face à ce désert de l’accompagnement nocturne, certains pionniers apportent une pierre à l’édifice d’une continuité des soins. Ils partagent leurs initiatives dans ce numéro avec une volonté commune : apporter des solutions pragmatiques aux personnes âgées ou en situation de handicap et à leurs aidants.

Communication et Alzheimer

Article de Alexandra Marquet, Louis Ploton, Philippe Giafferi, et al.

Paru dans la revue ASH Alzheimer, hors-série n° 26, mars 2023, pp. 3-41.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Communication, Communication non-verbale, Personne âgée, Vieillissement, Maladie d'Alzheimer, Mémoire, Parole, Aidant familial, Aide à domicile, EHPAD, Équipe soignante, Apathie, Aphasie, Cognition, Lien social, Activité, Outil, Animal, Art-thérapie, Musique, Orthophonie, Psychomotricité, Regard, Toucher, Soin, Langue des signes

Au-delà des mots. Echanger malgré tout.
SE DIRE BONJOUR. Discuter du dernier dîner partagé avec des amis. Se regarder et savoir exactement ce à quoi l’autre pense. Autant de moments de complicité dont sont exclus les personnes souffrant de troubles cognitifs de type Alzheimer et leur entourage. Progressivement les mots vont manquer ou perdre de leur sens. Les incompréhensions vont se multiplier. Puis suivront le découragement et l’agacement. La mise à l’écart est-elle pour autant irréversible ? Lorsque la mémoire puis la communication sont affectées, comment se parler et se comprendre ? Est-ce seulement possible ? Ces questions se posent au quotidien pour les premiers concernés par la maladie, pour leurs familles, leurs amis, mais pas seulement. Les professionnels du domicile ou ceux travaillant en établissement sont confrontés aux mêmes difficultés de communication. Demeurer un interlocuteur jusqu’au bout. Etre reconnu comme une personne à part entière, malgré la maladie et ses conséquences cognitives. C’est bien là l’essentiel. Le plus difficile aussi. N’oublions pas que pour communiquer, il faut être deux. Encore faut-il se donner la peine de vouloir échanger, avoir les moyens de le faire, prendre le temps d’observer et d’adapter son langage.
PARLER AUTREMENT. Des études (méconnues) publiées à la fin des années 60 révélaient que les mots ne représentent que 7 % de la communication. Seulement 7 %. Le reste s’appuie sur les mimiques, les gestes, le ton de la voix… Alors pourquoi le non-verbal est si peu ou si mal utilisé sachant que la communication paraverbale reste préservée longtemps chez les personnes souffrant de maladies neurodégénératives ?
Sur le terrain, le bon sens est le premier allié : regarder son interlocuteur dans les yeux, lui faire face, parler d’une voix posée sans bruit parasite, employer des phrases courtes et simples, éviter les questions trop longues. Rassurer la personne avec des techniques éprouvées comme la validation, l’indiçage, la reconnaissance de l’autre. Dans ce numéro, les professionnels partagent leurs techniques : pictogrammes, smileys, carnet de communication, recours au toucher, au soin relationnel, à la langue des signes adaptés, au signé bébé, aux animaux, à l’art-thérapie, à la musique, aux nouvelles technologies : les solutions ne manquent pas. Reste à sensibiliser le plus grand nombre avec l’ambition de limiter les risques d’incompréhension du quotidien, faute d’une méconnaissance de la maladie. Quand le dialogue est proscrit, il reste la bienveillance, le regard, le toucher. Le fait d’accepter aussi de ne pas tout comprendre de l’autre.
DES ACCOMPAGNEMENTS A AMELIORER. A domicile, les auxiliaires de vie sont en première ligne. Et pour que l’accompagnement au repas, à la toilette, au coucher se passe sans refus de soin ni trouble du comportement, rien n’est inné : l’intervention doit être acceptée par la personne en perte d’autonomie, et son consentement doit être pris en considération. L’éthique du quotidien ne doit pas être sous-estimée pour entendre la voix d’une personne qui ne parle plus. Pourtant, des questions se posent face aux carences actuelles : pourquoi les interventions à domicile des psychomotriciens libéraux, spécialistes du langage du corps, ne sont-elles pas prises en charge ? Pourquoi les séances d’orthophonie en Ehpad sont-elles rares alors que plus personne ne s’étonne de la présence quotidienne de kiné ? Pourquoi les aidants à domicile comme en établissement ne sont-ils pas davantage sensibilisés à l’éducation thérapeutique ? En somme pourquoi ne devrait-on pas tout tenter pour garder ce lien ténu mais si précieux, essentiel à une communication jusqu’au bout de la vie ?

Grand âge : simplifions la gouvernance

Article de Jean Pierre Riso

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3294, 10 février 2023, pp. 32-33.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Travail social : Établissements, Personne âgée, Vieillissement, ARS, Management, Organisation, FNADEPA (Fédération nationale des associations de

TRIBUNE - En s’appuyant sur les évolutions en cours induites par la création de la 5e branche, la Fnadepa propose de changer le mode de gouvernance du secteur du grand âge. Et milite pour une simplification organisée autour des ARS, transformées en agences régionales de la santé et de l’autonomie.

Admissions inappropriées des résidents d'Ehpad aux urgences

Article de Patrick Manckoundia, Valérie Quipourt, Jérémy Barben, et al.

Paru dans la revue Soins gérontologie, n° 159, janvier-février 2023, pp. 42-45.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Personne âgée, Vieillissement, Soin, EHPAD, Gériatrie, Urgence médicale, Coordination, Hôpital, Hospitalisation, Partenariat, Équipe pluridisciplinaire, Formation, Suivi médical, Pratique professionnelle, Statistiques, Santé, Prise en charge

Après un point sur les admissions inappropriées des résidents d’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) aux urgences, nous proposons des axes pour les réduire. Ils comprennent le fait d’attribuer au médecin coordonnateur un rôle de clinicien, d’organiser la continuité et la permanence des soins dans tous les Ehpad, de signer des conventions entre Ehpad et hôpital pour des hospitalisations directes et la collaboration avec les équipes mobiles et hotlines gériatriques, de généraliser le niveau d’intervention médicale en Ehpad, et d’approfondir la formation des soignants d’Ehpad à la gériatrie.

Amélioration du parcours cognitivo-comportemental par la mise en place d'un staff pluridisciplinaire ville-hôpital

Article de Caroline Maggiore, Nathalie Camus, Cécile Yilmaz, et al.

Paru dans la revue Soins gérontologie, n° 159, janvier-février 2023, pp. 36-41.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Personne âgée, Vieillissement, Soin, EHPAD, Coordination, Expérience, Accompagnement, Suivi médical, Pathologie, Déficience cognitive, Neurologie, Hôpital, Hospitalisation, Maladie d'Alzheimer, Étude de cas, Organisation du travail, Équipe pluridisciplinaire, Approche clinique, Diagnostic, Démence sénile, Trouble du comportement, Signalement, Dispositif

Afin d’améliorer le parcours cognitivo-comportemental, et en s’appuyant sur une histoire de travail en collaboration ville-hôpital bien ancrée, un staff mensuel regroupant des professionnels hospitaliers, extrahospitaliers et une association d’usagers permet d’analyser et de répondre de manière coordonnée et graduée aux situations complexes. Après neuf mois de fonctionnement, le récit de trois situations complexes illustre les bénéfices et limites d’un tel dispositif.