Documentation sociale

Vous êtes étudiant, professionnel, enseignant, documentaliste, chercheur en travail social ?
Accédez ici à tous les outils de PRISME vous permettant de chercher de la documentation et de suivre une veille documentaire spécialisées dans le secteur des sciences sociales et de l'action sociale.

Réponses 1 à 10 sur un total de 3433

Votre recherche : *

Trois leçons sur le stigmate. Pour une utilisation concrète des matériaux ethnographiques

Article de Christophe Dargère

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 8-18.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Adolescent, Déficience cognitive, Identité sociale, Relation d'aide, Action éducative, Placement

Les adolescents usagers des institutions médicosociales avérés administrativement « déficients intellectuels légers sans trouble du comportement » montrent, en bien des circonstances, que ces attributions sont très aléatoires. Sur le plan de la dramaturgie sociale, ces jeunes mobilisent au jour le jour des ressources insoupçonnées pour contourner le stigmate, enrayer les processus de désignation, éviter les effets de l’étiquetage relatifs à leur placement. Pour ce faire, ils procèdent à des analyses fines des situations sociales auxquelles ils sont confrontés et utilisent des stratégies ingénieuses. L’ethnographe in situ permet de saisir ces réflexions et ces comportements de protection des identités sociales. Il permet aussi d’envisager des moyens d’action éducatifs destinés à mettre en œuvre un vrai travail de bienveillance avec les usagers, pour les aider à mieux vivre leur placement institutionnel et à éviter que s’engage avec eux un processus de double peine.

La recherche communautaire pour soutenir l'action au GRIS-Montréal

Article de Olivier Vallerand, Amélie Charbonneau, Kévin Lavoie, et al.

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 117-127.

Mots clés : Action sociale : histoire et perspectives, Intervention sociale, Genre, Atelier, Recherche, École, Évaluation, Qualité, Montréal

Depuis 1994, le Groupe de recherche et d’intervention sociale de Montréal (GRISMontréal) réalise des ateliers de démystification de la diversité sexuelle et de genre dans les écoles primaires et secondaires. L’expérience acquise avec le temps et les recherches menées par l’organisme ont permis d’améliorer sa méthode d’intervention, entre autres en outillant ses bénévoles afin que leur intervention mette davantage l’accent sur la déconstruction des stéréotypes de genre. En utilisant l’exemple de l’évaluation qualitative d’un projet de semaine d’activités pour les écoles primaires, cet article présente comment l’organisme utilise la recherche communautaire afin d’adapter son travail aux besoins des populations rencontrées.

Un dispositif pédagogique out of the box pour encourager la collaboration interdisciplinaire/interprofessionnelle ?

Article de Marie Friedel

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 104-116.

Mots clés : Ecole-Enseignement, Pluridisciplinarité, Étudiant, Médecin, Infirmier, Enquête, Auto-évaluation, Éthique, Coopération, Belgique

Des séminaires interdisciplinaires réunissent, depuis 2006, à l’initiative de la Haute École Léonard de Vinci (Bruxelles, Belgique), des étudiants de 3e année en soins infirmiers et des étudiants de 5e année en médecine. L’objectif est d’encourager ces étudiants au processus de délibération éthique, tout en déconstruisant les stéréotypes véhiculés entre disciplines. Les résultats issus des autoévaluations mises en place chaque année montrent que les bénéfices de ce dispositif sont multiples : démystification du rôle du médecin par les étudiants infirmiers, renforcement de l’identité infirmière, reconnaissance par les étudiants en médecine des difficultés vécues par les infirmiers, identification de la complexité d’une situation éthique, perception de la richesse de combiner les perspectives, et appropriation d’outils pour faciliter la collaboration interdisciplinaire – et plus particulièrement le processus de prise de décision éthique clinique.

Approche de la mécanique d'une recherche-action dans l'enseignement supérieur

Article de Jonathan Colin, Florence Bernard, Sophie Duvillier

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 90-103.

Mots clés : Ecole-Enseignement, Recherche-action, Enseignement supérieur, Pluridisciplinarité, Méthodologie, Enquête, Coopération, Étudiant, Belgique

L’article présenté expose et interroge la mécanique d’une recherche-action menée de mai 2017 à juin 2018 à la Haute École Léonard de Vinci (Bruxelles, Belgique). Il revient d’abord sur la thématique de cette recherche – et, pour ce faire, sur la spécificité de la demande initiale émise par la direction de l’institut nous sollicitant – ainsi que sur le contexte sociétal dans lequel le projet de formation que celle-ci défend s’inscrit. Ensuite, l’article reprend les définitions de la rechercheaction, mises en perspective avec le processus implémenté et les résultats obtenus. Enfin, la conclusion revient sur notre appropriation de la méthode de la rechercheaction et met en évidence sa fécondité pour l’élaboration de nouveaux cours de l’enseignement supérieur non universitaire.

La pratique de la recherche participative et ses effets transformateurs

Article de Marcel Plenchette

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 77-89.

Mots clés : Action sociale : histoire et perspectives, Dynamique de groupe, Coopération, Chercheur, Recherche, Profession médicale

Cet article rend compte d’une démarche de recherche collaborative et de ses effets transformateurs, engagée depuis huit ans de manière participative et continue avec plusieurs groupes composés de professionnels de la santé répartis sur le territoire français. Notre étude montre que les interactions entre les membres des équipes de recherche et avec leur objet constituent une source d’apprentissage combinant de manière transformatrice la dialectique engagement et distanciation (Elias, 1983). La dynamique des groupes de recherche s’apparente à celle des communautés de pratique (Wenger, 2005), où l’interaction entre pairs est une source d’apprentissage. Nous pouvons dès lors comprendre la manière dont le collectif, qui réinvente sans cesse sa propre organisation, développe une activité transformatrice de ses membres et de lui-même.

L'emprise sur les dispositifs pédagogiques : le propre de la didactique ?

Article de Jésabel Robin

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 66-76.

Mots clés : Ecole-Enseignement, Pédagogie, Recherche-action, Formation, Méthodologie, Enseignant, Terrain, Suisse

Cet article défend une conception de la didactique des langues et des cultures qui s’approprie les postures et les outils des approches socioanthropologiques, tout en les articulant avec le terrain de la formation initiale des enseignants de langues et cultures. Le propos est illustré par l’exemple de la recherche-action-formation Didactique de la mobilité (mise en place à titre exploratoire de 2016 à 2019 au sein de la Pädagogische Hochschule PHBern), qui propose un encadrement avant, pendant et après des expériences de mobilité, en région francophone, d’étudiants suisses germanophones en formation initiale au métier d’enseignant du primaire. Si la question du devoir d’engagement du chercheur envers son terrain dépasse largement le domaine de la didactique des langues et des cultures, elle ramène néanmoins aux nécessaires réflexions concernant l’articulation entre posture scientifique – sur laquelle s’appuie une conception du champ – et instruments méthodologiques – mis en place pour la recherche ou le développement des dispositifs.

De l'usage des méthodes qualitatives dans un processus de recherche-action

Article de Marjorie Lelubre

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 54-65.

Mots clés : Action sociale : histoire et perspectives, Recherche-action, Qualité, Méthode, Changement, Concept, SDF

Dans le cadre de cet article, nous ambitionnons d’interroger les différents défis que comporte un processus de recherche-action et les pistes de solutions que nous envisageons pour y répondre. L’articulation entre le « savoir » et l’« agir » en constitue l’un des piliers fondamentaux. À cet égard, nous souhaitons mettre en avant en quoi les méthodes qualitatives sont essentielles pour la mise en œuvre
d’une recherche-action. Par le biais d’une revue de littérature, cet article débute par un rappel des grandes balises qui définissent le concept de recherche-action. Par la suite, c’est notre expérimentation de ce processus, au sein du secteur de la lutte contre le sans-abrisme et l’exclusion du logement en Belgique francophone, qui nous permet de mettre en lumière les mécanismes sous-jacents de la recherche-action. Les enjeux autour de la légitimité des savoirs de chacun, et la nécessité de construire et nourrir des relations de confiance sont deux défis au regard desquels nous approfondissons notre analyse au départ de ce terrain.

L'analyse qualitative entre disciplines

Article de Leticia Renault

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 43-53.

Mots clés : Action sociale : histoire et perspectives, Pluridisciplinarité, Recherche-action, Qualité, Méthodologie, Santé mentale, Migration, Expérience, Brésil, Portugal

Cet article examine deux cas d’investigation qualitative afin de signaler quelques pistes pour une analyse qualitative rigoureuse, au-delà des frontières disciplinaires. Le premier cas est celui d’une recherche-intervention participative en santé mentale, menée par des psychologues au Brésil ; le deuxième, celui d’une recherche biographique collaborative en anthropologie sur l’expérience migratoire au Portugal. Dans chaque cas, la frontière d’une dichotomie est interrogée : entre subjectivité et objectivité pour le premier cas, entre singularité et collectivité pour le deuxième. L’article propose une discussion sur deux notions qui sont importantes pour l’analyse qualitative : celles d’expérience et de sujet. L’analyse qualitative dépend de la considération de l’expérience et de l’inclusion des participants dans l’appréciation critique de la connaissance produite.

"Tu fais partie de l'équipe !" L'ethnologue dans des relations amicales

Article de Shia Manh Ly, Thomas Zannin

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 31-42.

Mots clés : Action sociale : histoire et perspectives, Enquête, Sport, Équipe, Anthropologie, Secret, Posture professionnelle, Amitié

Cet article est basé sur une expérience de recherche ethnographique dans un milieu caractérisé par le familier et le proche, où le « vivre ensemble » communautaire régit les sociabilités. À travers un certain nombre d’exemples, les enjeux méthodologiques liés à une forte proximité entre membres d’une association et chercheur·e·s sont discutés. Y sont soulevées également les interrogations quant au statut accordé à des données sensibles, comme les confidences ou les médisances. Que faire des « commérages », des manifestations d’inimitié, notamment lorsqu’ils arrivent aux oreilles des chercheur·e·s ? Cet article permettra d’ouvrir la discussion sur la posture des chercheur·e·s et ses conséquences sur les résultats de leur recherche.

Carnet en main. Un outil ethnographique appliqué en psychiatrie hospitalière

Article de Gina Aït Mehdi

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2020, pp. 19-30.

Mots clés : Santé mentale-Souffrance psychique, Santé mentale, Hôpital psychiatrique, Recherche appliquée, Relation soignant-soigné, Outil, Expression écrite, Anthropologie, Belgique

Cet article concerne les méthodes de l’anthropologie appliquées ici au terrain de la psychiatrie hospitalière. Le retour réflexif sur une expérience dans une unité PTCA à Bruxelles (Patients présentant des Troubles sévères du Comportement et/ou Agressifs) permet de mettre en avant les rôles fondamentaux qu’a pu jouer l’usage systématisé du carnet de terrain dans ce milieu de la santé mentale. Les pratiques de l’ethnographie classique que symbolise en l’occurrence cet objet (pratiques in situ ou restitutions d’enquête) sont en effet souvent oubliées par la recherche appliquée. Pourtant, le carnet de terrain, devenu au cours de ce processus de recherche le principal signifiant du statut occupé par l’anthropologue, représente, au-delà d’un support classique de production empirique, un « espace intermédiaire » à partir duquel se créent, se tissent et se jouent des relations aux autres (soignants et soignés).