Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 557

Votre recherche : *

Des "tiny houses", mini-maisons sur roues sur roues, servent d'hébergement d'urgence à des mères isolées

Article de Rouja Lazarova

Paru dans la revue La Gazette des communes, n° 35/2581, Semaine du 13 au 19 septembre 2021, p. 44.

Mots clés : Lien social-Précarité, Mère célibataire, Famille monoparentale, Accueil d'urgence, Logement, Relogement, Habitat, Habitat individuel, Urbanisme, Lyon

Des femmes avec des jeunes enfants sont logées, depuis mars, dans des maisonnettes déplaçables sur des terrains vacants temporairement.

"La bourgeoisie n'est plus consciente de ses privilèges"

Article de Louis Maurin, Catherine André

Paru dans la revue Alternatives économiques, n° 415, septembre 2021, pp. 66-69.

Mots clés : Lien social-Précarité, Bourgeoisie, Classe sociale, Égalité, Niveau de vie, Inégalité, Société, Politique des revenus

Cofondateur et directeur de l'Observatoire de inégalités depuis 2003, Louis Maurin a enquêté pour son dernier ouvrage sur les Français biens lotis, ceux qu'il dénomme les "encore plus", qui minimisent leurs privilèges et méprisent volontiers la "France des perdants". Contrairement à ce qu'ils prétendent, ils traversent les crises allègrement. Pire, ces classes privilégiées, en se présentant comme des victimes, détournent sur d'autres l'attention médiatique et les efforts à réaliser, et désignent des boucs émissaires, les "assistés" et/ou les étrangers. Une fracture que la crise économique et sociale déclenchée par la pandémie de Covid-19 ne fait qu'aggraver.

Europe : des valeurs en évolution mais toujours aussi clivées

Article de Pierre Bréchon

Paru dans la revue Futuribles, n° 443, juillet-août 2021, pp. 5-23.

Mots clés : Lien social-Précarité, Valeur, Société, Enquête, Individualisme, Individualisation, Démocratie, Religion, Famille, Environnement social, Altérité, Nationalisme, Europe

Après un rappel de la méthodologie des EVS, l'auteur y souligne les différences de valeurs observées suivant les zones géographiques (...), toujours très marquées, tout en insistant sur la distinction essentielle à faire entre la tendance à l'individualisation (volonté d'autonomie) et celle allant vers l'individualisme (recherche de son strict intérêt personnel). Puis il examine les évolutions principales que l'on peut dégager sur longue période, parmi lesquelles une forte hausse de l'individualisation, tout particulièrement en Europe du Nord et de l'Ouest, et une relative régression de l'individualisme (excepté en Europe de l'Est). Il présent également les grandes tendances en matière de religiosité, l'adhésion aux valeurs démocratiques, de xénophobie…. Enfin, outre les variables culturelles et religieuses, Pierre Bréchon souligne l'importance des variables sociologiques dans les différences de valeurs, les personnes le plus favorisées faisant globalement preuve d'une plus grande ouverture aux autres

L'évolution de la tolérance en Europe. Le contraste entre enjeux éthiques et enjeux civiques

Article de Raul Magni Berton

Paru dans la revue Futuribles, n° 443, juillet-août 2021, pp. 39-50.

Mots clés : Lien social-Précarité, Valeur, Tolérance, Civisme, Éthique, Homosexualité, Drogue, Euthanasie, Société, Corruption, Mariage, Union européenne, Europe

L'auteur "examine comment les Européens se positionnent vis-à-vis d'un certain nombre de questions éthiques (mariage, sexualité…) et civiques (fraude, corruption…), les caractéristiques culturelles ou géographiques qui s'en dégagent, et les grandes tendances que cette analyse met au jour. Il souligne ainsi un progrès généra commun, vers globalement plus de tolérance à l'égard des comportements des autres ; mais un double clivage, d'une part en les pays de 'est e ceux de l'ouest de l'Europe (…) d'autre part entre les enjeux éthiques (…) et les enjeux civiques (…). Enfin, au regard des évolutions passées la tendance, au sein de l'Union européenne, est clairement à une homogénéisation des valeurs de tolérance.

A la Maison des familles, « d’égal à égal » grâce à la crise

Article de Clémentine Méténier

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3217, 9 juillet 2021, pp. 24-27.

Mots clés : Lien social-Précarité, Famille, Accompagnement, Parents, Enfant, Crise, Épidémie, Lien social, Isolement, Femme, Exil, Évaluation, Besoin, Urgence

Durant la crise sanitaire, la Maison des familles de Grenoble a dû s’adapter, réagir, inventer pour ne surtout pas perdre le lien avec les parents et les enfants qu’elle accompagne au jour le jour. Au point de bouleverser ses pratiques. Bilan, à l’heure d’un retour à la vie normale qui ne ressemble déjà plus à l’avant.

Accompagner les familles surendettées, un travail de fourmi

Article de Rouja Lazarova

Paru dans la revue La Gazette des communes, n° 25/2571, Semaine du 28 juin au 4 juillet 2021, pp. 36-38.

Mots clés : Lien social-Précarité, Surendettement, Famille, Famille en difficulté, Budget familial, Accompagnement, Crise, Épidémie, Crise économique, Précarité, Prévention, Banque, Collectivité territoriale, Département, CCAS

A l'instar de la crise financière de 2008, la crise sanitaire actuelle risque d'accroître le nombre de familles surendettées, surtout après la fin des aides d'urgence de l’État. Des personnes ont des difficultés à gérer leur budget, n'ont pas de ressources régulières ou ont vu leurs revenus diminuer en raison de la crise sanitaire. Les collectivités peuvent intégrer l'accompagnement budgétaire et la prévention du surendettement dans leur démarche d'accompagnement social.

Les visages du sans-abrisme en France : la modélisation de la carrière de sans-domicile comme substitut de la catégorisation actuelle

Article de Aurélien Carotenuto Garot, Elsa Monténégro Marques

Paru dans la revue Écrire le social, n° 3, juillet 2021, pp. 3-18.

Mots clés : Lien social-Précarité, SDF, Typologie, Représentation sociale, Travailleur social, SIAO, Accueil d'urgence, Sociologie, Exclusion sociale, CHRS

En France, l’actuel système de catégorisation des personnes sans-domicile, auquel se réfèrent les acteurs du secteur de l’Accueil, de l’Hébergement et de l’Insertion (le secteur AHI) présente plusieurs biais épistémologiques qui impactent négativement l’action sociale à destination des populations SDF. L’objet de cet article est donc, dans un premier temps, de déconstruire les catégories utilisées par le secteur AHI, afin d’appréhender leurs fondements, leurs principales limites et leurs conséquences sur la qualité de l’aide portée aux personnes sans-domicile. Dans un second temps, cet article présentera les intérêts et quelques aspects de la typologie développée dans le cadre de ma thèse, afin de proposer un nouveau système de catégorisation des populations sans-domicile qui soit plus opérationnel que celui actuellement utilisé.

Accès à la version en ligne

Surendettement - La prévention n’a pas de prix

Article de Katia Rouff Fiorenzi

Paru dans la revue Lien social, n° 1296, 25 mai au 7 juin 2021, pp. 12-13.

Mots clés : Lien social-Précarité, Surendettement, Banque, Budget familial, Accompagnement, Crise, Épidémie, Prévention, UDAF

Les personnes en difficulté financière ou en risque de surendettement peuvent bénéficier de l’accompagnement d’associations et de celui des récents points conseils budget.

Habermas au Starbucks. Clients, oisifs et traînards dans le tiers-lieu capitaliste

Article de Robin Wagner Pacifici

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2021, pp. 27-53.

Mots clés : Lien social-Précarité, Café, Capitalisme, Approche historique, Racisme, Espace, Exclusion sociale, Inégalité, Sociologie urbaine, Rejet, Habermas (Jürgen), Etats Unis d'Amérique

Réinterrogeant la conceptualisation habermassienne du « café » dans la société des XVIIe et XVIIIe siècle pour analyser le rôle démocratique des cafés contemporains, l’auteure revient sur un incident survenu entre un employé d’un établissement Starbucks à Philadelphie et des clients afro-américains – le terme « client » posant justement ici question. Elle documente cette interaction en resituant ses observations et interprétations à la fois dans l’histoire urbaine d’un quartier et dans l’histoire des héritages sociaux et culturels du racisme et du capitalisme aux États-Unis. Elle montre que les obligations et charges du capitalisme (la nécessité de consommer, de travailler, d’éviter l’oisiveté) pour entrer et rester dans ces espaces supposés ouverts à tous, pèsent différemment sur les visiteurs selon qu’ils sont reconnus comme clients ou comme potentiels « traînards », et cela à partir d’indices de leur condition sociale et économique, mais aussi selon leur couleur de peau. L’article présente le tiers-lieu capitaliste comme un espace particulièrement ambigu, distinct du café habermassien et de sa prétendue atmosphère de civilité, d’ouverture démocratique et d’accessibilité universelle ; un espace qui, malgré lui, à travers des incidents comme celui du Starbucks de Philadelphie, est devenu aux USA une scène publique de mobilisation et de débat autour de ces questions.

Accès à la version en ligne

La figure de l’enquêteur dans le quartier de la Villeneuve de Grenoble

Article de Maïlys Toussaint

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 1 & 2, juin 2021, pp. 151-159.

Mots clés : Lien social-Précarité, Quartier, Banlieue, Enquête, Représentation sociale, Vie quotidienne, Espace, Émotion, Grenoble

En s’appuyant sur un récit de terrain restituant un moment d’échange entre l’ethnographe et une habitante d’un quartier de la Villeneuve de Grenoble, cet article soulève les réactions ambivalentes que suscite cette figure d’enquêteur, potentiel indésirable. Le contexte particulier de ce quartier, entre rénovation urbaine et enquêtes à répétition, influence et prédispose la perception de cette présence qui vient perturber et dérégler le déroulement ordinaire de la vie. À travers les notions d’habituation aux ambiances, de trouble et d’évitement, l’auteure explore les affects négatifs que peuvent générer les interactions entre enquêteurs et habitants. L’article montre que la conjonction entre des épreuves du passé, l’inquiétude du présent et l’anticipation de ce qui pourrait se produire génère une hypervigilance des habitants vis-à-vis des ambiances de leur espace de vie. Pour ces habitants sur le qui-vive, il y a toujours la possibilité que l’ambiance recherchée se teinte subitement de quelque chose de désagréable, ces affects négatifs troublant alors tant l’ordre interactionnel que la conduite ordinaire des activités.

Accès à la version en ligne