Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 920

Votre recherche : *

« Les chemins de l’intime, un voyage vers l’autre ? »

Article de Natacha Aubry, Thierry Trontin

Paru dans la revue Lien social, n° 1301, 21 septembre au 4 octobre 2021, pp. 26-27.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Journal intime, Écrit, Lieu de vie, Approche clinique

D’une chronique d’un lieu de vie, «  Les 4 Chemins  », fixée sur le papier d’un carnet de bord, nous avons, accompagnants, cherché à y laisser s’exprimer l’intime, pour écrire ce que nous n’osons dire ailleurs…

Accompagner : une autre façon d'animer

Article de Pascal Marconato

Paru dans la revue Le Journal de l'animation, n° 221, septembre 2021, pp. 22-33.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Accompagnement, Animation, Autonomie, Enfant, Adolescent, Accueil collectif de mineurs, Activité, Posture professionnelle, Projet, Épanouissement, Émancipation

Et si le but ultime de l'animateur, c'était de... devenir inutile ! En permettant à l'enfant, au jeune d'être autonome, de se débrouiller par lui-même, d'aller au bout de son envie, de sa passion, de réaliser un rêve. Pour le professionnel de l'animation habitué à être initiateur d'activités, moteur du groupe, cela peut passer par l'expérience d'une posture différente, une nouvelle façon d'exercer le métier : accompagner des projets de jeunes, devenir accompagnateur de jeunes en projet !

Sommes-nous si fragiles ?

Article de Cédric Enjalbert, Arthur Lochmann, Charles Perragin, et al.

Paru dans la revue Philosophie magazine, n° 152, septembre 2021, pp. 40-61.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Risque, Vulnérabilité, Épidémie, Résilience

C’est peut-être le grand paradoxe des sociétés développées du XXIe siècle : nous n’avons de cesse d’évoquer notre fragilité et nos lignes de faille, nous nous savons environnés de risques multiples qui vont du krach financier à l’incident nucléaire… Et pourtant, l’expérience de la pandémie nous a montré que nos organisations complexes ont tenu le coup, qu’il n’y a pas eu d’effondrement systémique et que la plupart d’entre nous ont su se réinventer dans cette situation inédite. Du coup, serions-nous d’autant plus solides que nous nous savons fragiles ?
Des larmes de Pline l’Ancien à l’écume de Peter Sloterdijk, en passant par le cristal de Sigmund Freud, de l’Antiquité à nos jours, les penseurs ont toujours trouvé des images matérielles de la fragilité, tout à la fois pour la magnifier et la conjurer.
Car, bien plus qu’une disposition psychologique, la fragilité est peut-être la condition métaphysique première de l’être humain : c’est ce que nous explique le jeune philosophe et charpentier Arthur Lochmann dans un texte inspiré sur le ciel étoilé.
Mais pour revenir à l’échelle de nos sociétés, leur résistance au choc pandémique ne peut être vraiment comprise et analysée qu’en faisant un peu de théorie de la complexité : c’est ce que nous proposent la macroéconomiste Anne-Laure Delatte, le mathématicien David Chavalarias, l’expert en agronomie Marc Dufumier et la psychologue Florence Sordes.
Voici une intervention qui prend la thèse centrale de notre dossier à revers : partant d’une lecture originale de Friedrich Nietzsche comme promoteur (involontaire) de la pleurnicherie, le philosophe allemand Wolfram Eilenberger dénonce l’étalage contemporain des petites blessures personnelles.
Si elle donne un fil rouge à ce dossier, la pensée de Jean-Louis Chrétien (disparu en 2019), qui a consacré de beaux essais à la fatigue, aux larmes ou encore à la voix, réunit dans ce dialogue conclusif deux interlocuteurs de choix : elle continue d’inspirer le philosophe Camille Riquier et la romancière Maylis de Kerangal, qui posent des mots justes sur la sensibilité humaine.

L’étrange gravité du sexe

Article de Martin Legros, Clotilde Leguil, Raja Halwani, et al.

Paru dans la revue Philosophie magazine, n° 151, juillet-août 2021, pp. 52-71.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Sexualité, Éthique, Intimité, Féminisme, Plaisir, Prostitution, Addiction

Nous vivons une drôle d’époque du point de vue des mœurs. D’un côté, avec les applications de rencontre, la mode des sex friends et des plans cul, le succès des conseils des sexperts, nous n’avons jamais été aussi près d’une démystification de l’érotisme qui facilite sa consommation effrénée. De l’autre, avec le phénomène #metoo mais aussi la publication de livres comme La Familia Grande de Camille Kouchner, une prise de conscience de la violence de la domination masculine est en cours, qui empêche de prendre l’acte sexuel à la légère. Alors, voulons-nous tout à la fois plus de liberté et plus d’éthique au lit ? Est-ce seulement possible ?
> Pour le comprendre, rien de tel que d’écouter quelques histoires vraies d’hommes et de femmes, gay ou hétéro, dont la vie a été profondément modifiée par certains rapports sexuels. La philosophe et psychanalyste Clotilde Leguil, autrice de Céder n’est pas consentir, en donne sa lecture.
> Dans les universités américaines, l’éthique sexuelle est devenue une discipline à part entière. Nous avons interrogé l’un de ses représentants, Raja Halwani, dont les travaux portent sur le mariage et sur les coups d’un soir.
> Si l’on est attentif aux avancées et aux publications féministes, qu’est-ce qu’on fait dans l’intimité ? Les gestes et les paroles qui miment la domination ou la soumission sont-ils à proscrire ? Un article en forme de plaidoyer inquiet, par notre journaliste Ariane Nicolas.
> Ces deux écrivains ont en commun d’avoir mené des expériences extrêmes et de les avoir racontées dans un roman. Emma Becker s’est prostituée dans un bordel de Berlin, Arthur Dreyfus est tombé dans l’addiction sexuelle. Leur dialogue tourne autour de la curieuse fragilité du plaisir.

Sexualité des usagers : vers la fin du tabou ?

Article de Aurélie Vion, Joséphine Sauvaire

Paru dans la revue Direction(s), n° 199, juillet-août 2021, pp. 22-29.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Sexualité, Usager, Établissement social et médicosocial, Intimité, Accompagnement, Prévention, Information sexuelle, Homosexualité, Réfèrent, Handicap, Représentation sociale, Tabou, Assistance sexuelle, Éthique

Autrefois occultée voire carrément interdite, la vie intime des personnes accompagnées par les structures sociales et médico-sociales constitue désormais une liberté fondamentale mieux reconnue. Au-delà du débat sur l'assistance sexuelle qui concentre l'attention médiatique, la mise en oeuvre de ce droit questionne toujours l'organisation institutionnelle, les pratiques et l'éthique professionnelles.

Chargée de mission Lutte contre les discriminations à la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) d'Ile-de-France, Joséphine Sauvaire a réalisé une étude sur l'accompagnement des personnes LGBTIQ dans les structures d'hébergement de la région. Selon elle, l'orientation sexuelle et l'identité de genre mériteraient d'être mieux prises en compte pour améliorer le soutien des personnes accueillies.

Toutes les structures du champ du handicap de la Croix-Rouge française disposent d'un référent Vie intime, affective et sexuelle. Portée au niveau national, la démarche vise à faire évoluer les pratiques. Zoom sur la maison d'accueil spécialisée (MAS) de Lillers dans le Pas-de-Calais.

La maison d'enfant à caractère social (Mecs) La Grande Chaume, à Avallon (Yonne), fait appel aux professionnels formés aux violences sexuelles du groupement associatif Cithéa. Ceux-ci organisent des activités collectives thérapeutiques auprès des jeunes.

Entre a-temps-tisme et interventionnisme, l’accompagnement à l’épreuve des temps et des temporalités

Article de Adeline Lavigne, Dorina Hintea

Paru dans la revue Écrire le social, n° 3, juillet 2021, pp. 47-63.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Temps, Intervention sociale, Accompagnement social, Projet individualisé, Établissement social et médicosocial, Relation éducative

Thématique omniprésente, se nichant au cœur même de l’Être Humain, de par la finitude qui l’anime, l’homme entretient une relation singulière avec la notion de temps et de temporalité(s), au gré de ses perceptions, représentations et de sa sensibilité singulière.
Cette lecture si personnelle de la toile temporelle, permettant une inscription dans le réel, se voit interférer avec d’autres réalités et acceptions temporelles, plus vastes que l’échelle seule de l’individu. La question « des » temps, « des » temporalités se dessine alors et vient convoquer des questionnements, dans la démarche d’accompagnement inhérente à l’Action Sociale. Considérés comme véritables entités à part entière, les temps, les temporalités, leur articulation, leur superposition, leur synchronisation ou leur exclusion, se révèlent sources d’éclairages et vecteurs de compréhension dans l’accompagnement des personnes accueillies en structures spécialisées.

Accès à la version en ligne

L’Usagent : participation des personnes, expertise usagère et refondation du travail social français

Article de Claire Heijboer, Carine Moreno Saint Martin

Paru dans la revue Écrire le social, n° 3, juillet 2021, pp. 19-29.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Usager, Participation, Démocratie participative, Travail social, Approche historique, Coopération, Établissement social et médicosocial, Expertise, Participation des usagers

Quels sont les effets de la participation des usagers sur la reconfiguration des rapports sociaux et de pouvoir dans les institutions d’action sociale et médico-sociale ? Nous présentons une enquête en deux volets : l’un exploratoire visant à saisir et caractériser les « rapports sociaux d’usage » (Chauvière, 2006 ; Janvier, 2015) et l’autre interventionnel visant à faire émerger l’expertise des usagers sur leur propre situation dans et avec les institutions, au moyen de la mise en discussion de cette « expertise usagère » (Heijboer, 2019) avec les expertises scientifiques et professionnelles dans une cadre d’un dispositif méthodologique de Recherche usagère coopérative (RUC). Nous faisons l’hypothèse que les usagers sont une des clefs, sans doute la principale, de la reconfiguration des rapports sociaux et de pouvoir dans les institutions.

Accès à la version en ligne

Violences faites aux femmes et violences intrafamiliales

Article de Florence Jakovenko, Ernestine Ronai, Eugénie Poret Petrucci, Emmanuelle Stephanet al.

Paru dans la revue Soins, n° 857, juillet-août 2021, pp. 11-39.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Accompagnement, Violence, Violence conjugale, Famille, Assistant de service social, Infirmier, Femme, Loi, Droits des femmes

Défendre les droits des femmes pour prendre soin de tous;
Connaitre les violences faites aux femmes pour mieux les accompagner;
De la domination à la violence;
Devenir tuteur de résilience auprès des victimes de violence conjugale;
Les enfants, victimes à part entière des violences conjugales;
L'assistant de service social, un partenaire de la prise en charge infirmière;
La loi pour lutter contre les violences faites aux femmes;
Le rôle des infirmières dans l’accompagnement des femmes victimes de violences;
Coordination des intervenants dans la prise en charge des violences intrafamiliales;
L'attestation clinique infirmière.

Donner le goût de lire aux enfants par le jeu

Article de Isabelle Wackenier

Paru dans la revue Le Journal de l'animation, n° 220, juin-juillet 2021, pp. 52-55.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Lecture, Accompagnement, Enfant, Association, Jeu, Pédagogie, Culture, Atelier, Eure et Loir

En Eure-et-Loir, depuis 15 ans, l'association des Pupilles de l'enseignement public propose aux enfants des écoles, centres de loisirs, crèches, établissements médico-sociaux... une semaine de découverte de la lecture sous forme de jeu. Une action aussi formatrice pour les animateurs.

Accompagner les jeunes filles en milieu rural

Article de Isabelle Wackenier

Paru dans la revue Le Journal de l'animation, n° 220, juin-juillet 2021, pp. 20-31.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Milieu rural, Fille, Jeune, Adolescent, Inégalité, Emploi, Accompagnement, Territoire, Pauvreté, Précarité

Les jeunes filles qui grandissent, étudient, se déplacent, travaillent ou vivent des relations amicales et amoureuses en milieu rural sont confrontées, par leur condition sociale et leur lieu de vie, à des inégalités de genre : orientation souvent déterminée par les offres de formation et d'emploi de proximité, peu de reconnaissance de leur implication sociale sur le territoire... Certaines disparaissent des radars des professionnels de la jeunesse. Le livre "Les filles du coin" de la sociologue Yaelle Amsellem-Mainguy leur donne la parole. L'opportunité pour les professionnels de l'animation de se poser des questions, d'aller à leur recontre, de les écouter, afin de leur permettre de bien vivre leur jeunesse sur leur territoire et de se projeter dans l'avenir.