Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 3034

Votre recherche : *

La médiation animale

Article de Virginie Champion, Jacques Draussin, Claudine Colozzi, Serge Tisseron

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH - cahier 2 – les numéros juridiques, n° 3175, 11 septembre 2020, 121 p..

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Animal, Médiation éducative, Soin, Pratique éducative, Équithérapie, Ferme pédagogique, Formation professionnelle, Projet éducatif, Enfant, Personne handicapée, Personne âgée, Prison, Hôpital psychiatrique, Lien social, Évaluation, Recherche sociale, La Chabraque, Dôle, Aveyron, Alpes de Haute Provence, Paris, Etats Unis d'Amérique, Italie, Allemagne, Autriche

La médiation animale est désormais reconnue par de nombreux travailleurs sociaux pour ses bienfaits. Les personnes qui se trouvent en situation de fragilité physique, psychique ou sociale éprouvent souvent des difficultés à communiquer avec autrui mais se sentent plus souvent en confiance avec un animal. "L'écoute" de l'animal apaise quand prendre soin de lui est socialement reconnu et valorisé. Réalisé en partenariat avec la fondation Adrienne et Pierre Sommer, ce numéro juridique des ASH recense les obligations et les bonnes pratiques des professionnels qui interviennent dans les secteurs du social et du médico-social avec des animaux. Il vous propose aussi un retour en arrière pour revenir sur la naissance de ce type de médiation. Il offre enfin des pistes de réflexion sur les enjeux futurs quant à la qualité des formations, des qualifications et des certifications.

Avoir le courage d'anticiper

Article de Etienne Bataille, Muriel Cormorant

Paru dans la revue Doc'Accompagnement, n° 28, juillet-août 2020, pp. 19-20.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Handicap-Situations de handicap, Communication, Admission, Établissement pour personnes âgées, Établissement social et médicosocial, Consentement, Décision, Fin de vie, Épidémie, Héritage, Législation, Mandat de protection future, Personne âgée, Personne handicapée, Vulnérabilité

Communiquer est essentiel pour informer mais aussi pour recueillir l'accord de la personne. Cela est nécessaire au moment de l'admission en établissement mais aussi tout au long de la vie du résident. Il ne faut cependant pas attendre que le discernement soit altéré, que la conscience disparaisse, ou que le consentement devienne impossible à recueillir. Si la personne vulnérable, par l'âge ou le handicap, veut rester maître de ses choix jusqu'au bout de sa vie, il est indispensable qu'elle anticipe. C'est une nécessité juridique même si la démarche est compliquée.

Communiquer malgré tout

Article de Alexandra Marquet, Pierre Moyon, Stella Choque, et al.

Paru dans la revue Doc'Accompagnement, n° 28, juillet-août 2020, pp. 7-17.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Handicap-Situations de handicap, Communication, Communication non-verbale, Personne âgée, Personne handicapée, EHPAD, Foyer d'accueil médicalisé, Aphasie, Maladie d'Alzheimer, Langage, Parole, Soin, Équipe soignante, Adaptation, Animation, Bientraitance, Corps, Observation, Outil, Vulnérabilité, Langue des signes, Pictogramme, PECS (Méthode), MAKATON (Programme)

Communiquer ne se résume pas au fait d'échanger des mots et à avoir une discussion. Les professionnels travaillant en EHPAD ou en foyers pour personnes en situation de handicap en sont d'ailleurs pleinement conscients. Au quotidien, ils accompagnent des usagers souffrant de troubles du spectre autistique, de déficiences intellectuelles, de troubles psychiatriques ou encore de maladies neurodégénératives. Les exemples sont nombreux. Les équipes doivent donc apprendre à communiquer autrement avec des usagers dont la compréhension peut être altérée. Certains ne parlent pas, quand d'autres ne s'expriment que par des sons ou des syllabes. Comment décrypter ? La formation initiale ne donne pas de clefs à chaque situation. Et pourtant, l'accompagnement ne sera de qualité que si les professionnels parviennent à entrer en communication avec les personnes aidées. Il s'agira alors de comprendre pourquoi untel adopte un comportement d'opposition, devient violent ou se replie sur soi. L'enjeu est d'apporter une autonomie dans la communication et de s'appuyer sur une communication alternative. Les solutions techniques ne manquent pas, que ce soit PECS, Makaton, LSF, bébé signé, Animate, autant de méthodes qui ont fait leurs preuves sur le terrain. Ces outils sont évidemment utiles, mais ils ne suffisent pas. Le professionnel va devoir observer, écouter et surtout décoder. Il va devoir associer la parole au geste pour se faire comprendre. Avoir une attitude bienveillante, se mettre à la bonne hauteur, à la bonne distance, ne pas détourner le regard mais au contraire soutenir ce regard quand l'échange se complique. Autant de paramètres qu'il lui faudra prendre en compte pour que la personne, certes vulnérable, puisse se faire comprendre et demeure actrice de son quotidien en établissement.

Aide à domicile : le grand soir ?

Article de Laura Taillandier

Paru dans la revue Direction(s), n° 188, juillet-août 2020, pp. 4-6.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Aide à domicile, Épidémie, Dépendance, Maintien à domicile, Personne âgée, Vieillissement, Reconnaissance, Compétence, Territoire

Après avoir payé un lourd tribut durant la crise sanitaire, les acteurs de l'aide à domicile espèrent que l'après sera synonyme de changement. Objectif : rebattre entièrement les cartes du système pour emprunter une fois pour toutes le virage domicilaire.

Considérer les résidents comme des sujets, acteurs de leur vie

Article de Georges Arbuz

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3171-3172, 31 juillet 2020, pp. 38-39.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Personne âgée, Estime de soi, Lieu de vie, Sujet, Décision, Rythme, Institution, Adaptation, Dévalorisation

Les difficultés de fonctionnement des Ehpad suscitent une abondance de critiques et de réflexions. L’anthropologue Georges Arbuz a mené une étude auprès de professionnels de ces structures, d’où il ressort l’urgence de remettre la personne âgée au centre du fonctionnement des établissements.

Socio-esthétique : un outil précieux dans l'accompagnement des résidents

Article de Sophie Massieu

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3169, 17 juillet 2020, pp. 30-33.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Travail social : Métiers, Soins esthétiques, Personne âgée, Vieillissement, Corps, Établissement pour personnes âgées, EHPAD, Estime de soi

A Paris, dans la maison pour personnes âgées Yersin gérée par Les Petits Frères des pauvres, les résidents ont la possibilité, dans le cadre de leur suivi individualisé, d'être reçus par Ariane Rose, socio-esthéticienne. Les soins qu'elle prodigue permettent de travailler des questions d'isolement, de confiance, d'estime de soi... et font de cette professionnelle un membre à part entière de l'équipe de l'établissement.

Marie-Reine Tillion, présidente de l'UNA : "L'aide à domicile doit être le fer de lance de la future loi"

Article de Maxime Ricard, Marie-Reine Tillon

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3168, 10 juillet 2020, pp. 19.

Mots clés : Travail social : Métiers, Aide à domicile, Profession, Organisation professionnelle, Personne âgée, Vieillissement, Dépendance, Concertation, Identité professionnelle, Statut professionnel, Reconnaissance

Ancienne conseillère générale du département des Côtes-d'Armor et administratrice de services à domicile, Marie-Reine Tillon a succédé, le 25 juin, à Guillaume Quercy à la présidence de l'Union nationale de l'aide, des soins et des services aux domiciles (UNA). L'occasion de faire un tour d'horizon de l'actualité chaude du moment.

Grand âge : accompagner autrement

Article de Maxime Ricard, Brigitte Bègue

Paru dans la revue Actualités sociales hebdomadaires ASH, n° 3167, 03 juillet 2020, pp. 6-14.

Mots clés : Accompagnement de la personne et identité, Personne âgée, Maison de retraite, EHPAD, Médicament, Droits des usagers, Accompagnement social, Lien social

Accompagner les personnes âgées autrement.
- Vers une nouvelle vision des maisons de retraite
- Sur le terrain, des directeurs d'Ehpad témoignent
- "Tout soin est d'abord une relation"
- "Respect, égalité, dignité, confiance" : les piliers de la méthode Montessori

Temps et qualité incompatibles ?

Article de Alexandra Marquet, Pierre Moyon, Marcel Nuss, et al.

Paru dans la revue Doc'Domicile, n° 58, mai-juillet 2020, pp. 7-17.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Handicap-Situations de handicap, Temps, Qualité, Rythme, Aide à domicile, Maintien à domicile, Accompagnement, Personne âgée, Personne handicapée, Dépendance, Autonomie, Handicap, Vieillissement, Soin

Surveiller sa montre et accélérer la cadence. C'est malheureusement le quotidien des aides à domiciles, que ce soit en zone rurale ou au cœur des grandes métropoles... Quand le temps file et les interventions s'enchaînent, difficile de proposer un accompagnement qualitatif. Difficile certes, mais pas impossible. Les professionnels de terrain savent pertinemment que leur posture, attitude, écoute, observation peuvent faire la différence pour mieux comprendre la requête d'une personne qui ne peut plus s'exprimer, savoir exactement quel geste nécessitera plus ou moins d'efforts. La connaissance de l'usager, les formations, le savoir-être et le savoir-faire sont heureusement autant d'outils dont disposent les aides à domicile... Car force est de constater que le système mis en place ne joue pas en leur faveur. A l'heure où le minutage de chaque soin est une réalité, où la morcellisation des actes s'est démocratisée, les accompagnements nécessitent paradoxalement de plus en plus de temps avec une population en perte d'autonomie qui vieillit à domicile et des personnes en situation de handicap qui choisissent de rester chez elles pour ne pas être institutionnalisées. La logique du financement ou de l'accompagnement ? C'est une question qui va se poser. La prochaine loi Grand Age et Autonomie permettra-t-elle de passer de la gestion de la dépendance au soutien à l'autonomie ? C'est en tout cas la volonté des professionnels et des personnes accompagnées qui souhaitent rester le plus longtemps actrices de leur quotidien. Encore faut-il le pouvoir, pouvoir avoir le temps de se lever, de se laver, de s'habiller, de manger ou encore d'échanger... sans subir une course contre la montre perpétuelle.

EHPAD - La bourse ou la vie

Article de Myriam Léon

Paru dans la revue Lien social, n° 1275, 9 au 29 juin 2020, pp. 18-21.

Mots clés : Travail social : Établissements, Grand âge-Vieillissement, EHPAD, Personne âgée, Dépendance, Lieu de vie, Équipe soignante

Les 7 300 maisons de retraite médicalisées ont dû affronter la crise du Covid-19 sans arme et avec une armée clairsemée. En colère et échaudé par les promesses non tenues suite au drame de la canicule de 2003, le secteur en appelle à une solidarité nationale à la hauteur des besoins d’une population vieillissante.