Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 5619

Votre recherche : *

Inégalités intragénérationnelles au moment de l’entrée dans l’âge adulte : apports des sciences sociales

Article de Yaëlle Amsellem Mainguy

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 37-53.

Mots clés : Jeunesse-Adolescence, Inégalité, Génération, Jeune majeur, Conjoncture économique, Autonomie, Emploi précaire, Classe sociale, Famille

L’objectif de cette contribution est de rendre compte de l’apport des sciences sociales pour comprendre les inégalités intragénérationnelles dans l’entrée dans l’âge adulte et les enjeux qui s’imposent à cette génération. Elle met en évidence combien, entre 18 et 30 ans, les jeunes vivant en France connaissent une période d’entre-deux : aspiration à l’autonomie dans une situation de dépendance économique forte (en raison d’un allongement des études pour une partie d’entre eux), entrée dans des situations d’emploi qui ne leur permettent pas toujours de financer leur indépendance et aides sociales plutôt faibles.

Accès à la version en ligne

La réussite académique à l’université dépend-elle des études supérieures de ses parents ?

Article de Olga Kasatkina, Laurent Lima, Nadia Nakhili

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 55-71.

Mots clés : Ecole-Enseignement, Université, Orientation scolaire, Prévention, Échec scolaire, Compétence, Parents, Classe sociale, OVE (Observatoire national de la vie étudiante)

Les étudiants dont les parents n’ont pas fait d’études supérieures, dits étudiants de première génération, ont-ils les mêmes chances de réussir à l’université que les autres étudiants ? Des travaux internationaux montrent que ce n’est pas le cas aux États-Unis, au Canada ou en Belgique. Cependant, cette question n’est pas tranchée en France. Nous étudions donc la réussite des étudiants de première génération en France à partir de quatre enquêtes de l’Observatoire de la vie étudiante menées entre 2006 et 2016. Nos analyses montrent que les étudiants de première génération ont moins de chances de réussir leur première année universitaire que les autres étudiants et que cette moindre réussite s’explique par des caractéristiques scolaires plus défavorables à l’entrée à l’université. De plus, les faibles variations observées entre les différentes vagues d’enquête, alors que le plan réussite en licence a été mis en place dès 2008, montrent que les actions destinées à augmenter la réussite à l’université n’ont pas amélioré la réussite des étudiants de première génération, bien qu’elles semblent avoir augmenté l’accès à l’enseignement supérieur. Il semble que le statut d’étudiant de première génération peut être un critère pertinent pour cibler des actions de prévention de l’échec à l’université sur les publics les plus vulnérables.

Accès à la version en ligne

Les trajectoires d’ascension scolaire des jeunes issus de l’immigration

Article de Fabien Truong

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 73-87.

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Insertion sociale, Insertion professionnelle, Enfant de migrant, Formation, Mobilité sociale, Réussite sociale

Cet article s’intéresse aux trajectoires des jeunes issus de l’émigration. Il montre quels sont les facteurs qui, sur certains territoires, influencent leurs parcours sur la longue durée. Il pointe que si l’on analyse les catégories de réussite ou d’échec au regard du temps long, celles-ci explosent, ce qui rend plus difficile l’analyse mais permet également de sortir de l’immédiateté de la représentation politique des faits sociaux. On voit en quoi les rapports des jeunes des classes populaires évoluent fortement dans le temps mais permettent à certains de s’en sortir d’autant mieux qu’ils apprennent à maîtriser les codes de conduite de leurs homologues plus aisés sans avoir le sentiment de rompre avec leur milieu d’origine.

Accès à la version en ligne

Invisibilité des jeunes en milieu rural, comment les « jeunes sans Cité » « s’en sortent » ?

Article de Cécile Vachée, Sophie Ruel, Christophe Dansac

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 89-106.

Mots clés : Jeunesse-Adolescence, Politique sociale, Jeune, Non-recours, Milieu rural, Citoyenneté, Mobilité géographique, Reconnaissance, Invisibilité sociale

Décrire et analyser les pratiques de citoyenneté déclarées par les jeunes ruraux comme facteur contribuant à leur mobilité géographique et leur reconnaissance sociale est le dessein de cette contribution. Elle s’appuie sur une recherche quantitative (questionnaires en face-à-face et auto-administrés) menée auprès de jeunes collégiens et lycéens scolarisés dans le département du Lot. Le rôle de l’héritage familial dans l’engagement, mais aussi celui des expériences personnelles de participation de jeunes ruraux dans des espaces de citoyenneté, comme composantes notables pour « sortir » de l’invisibilité locale et sociale, sont d’abord examinés. Ensuite, les freins à ce processus sont identifiés, notamment l’absence de politiques dédiées à la jeunesse dans les territoires ruraux et la rareté des pratiques de citoyenneté des jeunes en lien avec la faible densité de population. Les résultats sont discutés à la lumière des pistes de réflexion qu’ils suggèrent pour lutter contre le déterminisme social et territorial et permettre aux jeunes ruraux de sortir de l’invisibilité dans laquelle ils sont souvent plongés.

Accès à la version en ligne

Avancer, évoluer pour trouver sa place : parcours de jeunes accompagnés par la mission locale de Blois

Article de Thomas Prigent, Yvan Leroy

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 107-126.

Mots clés : Jeunesse-Adolescence, Mission locale pour l'emploi, Jeune en difficulté, Insertion professionnelle, Mobilité sociale, Récit de vie, Milieu rural, Inégalité, Blois

Inégalités scolaires persistantes, pauvreté des jeunes, précarité de l’emploi, tout laisse à penser que l’avenir de la jeunesse est figé, que les destins sont joués d’avance. Pour traiter de l’objet de ce numéro de Vie sociale sur les jeunes qui « s’en sortent », les auteurs ont choisi d’étudier le parcours de cinq jeunes suivis par une mission locale et qui estiment eux-mêmes s’en être sortis. Les entretiens montrent la complexité de leurs parcours, faits d’échecs, d’hésitations, mais aussi de volonté et d’ambition. Et au-delà de la logique de mobilité sociale ascendante, leurs récits indiquent clairement que l’enjeu majeur de ces jeunes est de « trouver leur place » dans le champ professionnel et social. À travers ces entretiens, on perçoit la fonction d’une mission locale du Loir-et-Cher dans ces parcours de « réussite », et surtout le rôle de ses conseillers d’insertion.

Accès à la version en ligne

Ces enfants placés qui deviennent travailleurs sociaux

Article de Etienne Lucas, Marc Chabant, Julie Basset

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 127-146.

Mots clés : Enfance en danger-Protection de l’enfance, Protection de l'enfance, Placement, Travailleur social, Résilience, Distance, Relation éducative, Témoignage, Parcours professionnel, Parcours institutionnel, Légitimité

Cet article rend compte de trajectoires de personnes, accueillies dans leur enfance dans des structures de la Protection de l’enfance et devenues travailleurs sociaux. L’exploration de ces parcours vise à comprendre les facteurs qui ont pu déclencher et développer ce choix professionnel, favoriser et permettre ce déplacement social. La parole et les mots de ces personnes évoquent la complexité dans laquelle elles se trouvent durant leur formation et aussi dans l’exercice de leur métier. En effet, il arrive que les enfants, les adolescents ou les adultes aient une histoire fort semblable à la leur, et dans ce cas, comment trouver la « bonne distance » entre leur propre histoire et leur fonction ? Ce sont d’ailleurs parfois des collègues eux-mêmes qui interrogent leur légitimité à occuper un poste et une fonction de travailleur social.

Accès à la version en ligne

Les jeunes créateurs d’entreprise : quels parcours ? Quel accompagnement ?

Article de Hélène Falgon, John Ward

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 147-163.

Mots clés : Jeunesse-Adolescence, Jeune, Création d'entreprise, Crédit, Accompagnement, Témoignage, Motivation, Politique de l'emploi, Mobilité sociale, ADIE (Association pour le droit à l'initiative économique)

La création d’entreprise constitue une voie d’insertion intéressante pour les jeunes, y compris ceux qui rencontrent des difficultés ou sont victimes de discriminations à l’embauche. Ces parcours sont facilités par l’accès au microcrédit et ont davantage de chance de réussite quand un accompagnement adapté est proposé. Cet article propose une synthèse des principales dispositions existantes. À partir des expériences de bénévolat d’une des auteurs à l’Association pour le droit à l’initiative économique (adie) et d’un entretien semi-biographique analysé avec une créatrice, les auteurs analysent les motivations, l’importance du microcrédit et la pertinence des propositions d’accompagnement personnalisé.

Accès à la version en ligne

Donner aux jeunes vulnérables du temps au présent pour miser sur l’avenir

Article de Samuel James, Aude Kerivel

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 165-182.

Mots clés : Jeunesse-Adolescence, Jeune en difficulté, Vulnérabilité, Politique de l'emploi, Politique sociale, Insertion sociale, Insertion professionnelle, FEJ (Fonds d’expérimentation pour la jeunesse)

Jeunes détenus, neet (Not in Education, Employment or Training, ni étudiant, ni employé, ni stagiaire), jeunes sortant de l’Aide sociale à l’enfance, jeunes sans domicile fixe : des catégories de populations que les politiques publiques peinent à atteindre. Depuis 2009, le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (fej) accompagne des projets destinés à combler les manques des dispositifs de droit commun. Cet article s’articule autour des enseignements d’évaluations de quatre de ces projets. L’enjeu est de déterminer et d’analyser les facteurs de réussite de ces dispositifs : un travail inductif de construction des politiques publiques à partir des connaissances de terrain et des besoins des jeunes, des dispositifs centrés sur l’emploi ou l’allocation financière et qui ne négligent pas la nécessité de lever les potentiels freins administratifs, de santé et d’isolement. L’entrée dans un dispositif qui s’adapte à leurs besoins, et qui leur permet surtout de prendre le temps nécessaire, à un moment propice de leur trajectoire, semble être un levier permettant à ces jeunes que nous pouvons regrouper sous le vocable « vulnérables » de « s’en sortir ».

Accès à la version en ligne

Ce qu’une " sortie positive " de la Garantie jeunes veut dire

Article de Julie Couronné, Marie Loison Lerustre

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 183-199.

Mots clés : Jeunesse-Adolescence, Insertion professionnelle, Insertion sociale, Emploi accompagné, Dispositif d'insertion, Jeune en difficulté, Réussite sociale

Cet article est issu d’une enquête ethnographique menée dans trois missions locales au cours de laquelle nous avons observé la mise en œuvre de la Garantie jeunes. Il s’agit d’un dispositif d’insertion sociale et professionnelle à destination de jeunes considéré.e.s comme « ni en emploi, ni en formation, ni en études » avec des ressources très faibles. Les critères institutionnels retenus pour considérer une « sortie positive » de la Garantie jeunes se rapportent à l’emploi et uniquement à l’emploi. L’enquête menée nous incite à adopter une lecture alternative, fondée sur les parcours observés. Nous nous sommes plus particulièrement intéressé.e.s aux différentes raisons qui expliquent que certain.e.s jeunes soient parvenu.e.s à s’approprier le dispositif et comment il leur a permis de « s’en sortir ». À quoi tient la réussite de ces jeunes ? Quelles sont les ressources dont ils et elles disposent ? Notre approche de ces « jeunes qui s’en sortent » vise à interpréter leur mise en mouvement comme le produit de la rencontre entre une proposition institutionnelle, par nature collective, et des caractéristiques sociales mises à l’épreuve dans leur parcours biographique.

Accès à la version en ligne

Jeunes en difficulté d’insertion au sein de l’Union européenne : quelle action publique privilégier ?

Article de Florence Lefresne

Paru dans la revue Vie sociale, n° 29-30, 1-2/2020, pp. 201-220.

Mots clés : Jeunesse-Adolescence, Insertion professionnelle, Précarité, Chômage, Jeune, Politique de l'emploi, Territoire, Décrochage scolaire, Autonomie, Accompagnement, Empowerment, Union Européenne

Cet article montre, dans une première partie, que les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes au sein de l’Union européenne sont difficilement comparables à partir du simple indicateur de taux de chômage des jeunes et qu’elles s’analysent au regard de la configuration de chaque système d’insertion national. Il souligne à cet égard les mutations profondes de ces systèmes depuis les quatre dernières décennies, notamment sous l’effet des politiques publiques. Dans une seconde partie, il examine deux catégories-cibles de l’action publique, largement impulsées par l’Union européenne : celle des « sorties précoces » et celle des neet. Il met en évidence le maintien de fortes spécificités nationales, voire territoriales, dans les caractéristiques de ces catégories-cibles. L’article souligne également que c’est le plus souvent au prix d’un travail concret de repérage des difficultés, d’identification fine des diagnostics et d’accompagnement vers un plus grand « pouvoir d’agir » que certains jeunes trouvent les ressources pour s’en sortir.

Accès à la version en ligne