Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 1171

Votre recherche : *

« Suis-moi, je te fuis » : l’éloignement géographique d’un parent et ses conséquences sur la résidence de l’enfant

Article de Muriel Cadiou

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 17-39.

Mots clés : Enfance-Famille, Divorce, Séparation, Intérêt de l'enfant, Autorité parentale, Logement, Repère, Conditions de vie, Projet, Distance

Prendre la décision de déménager en France ou à l’étranger après un divorce ou une séparation, c’est accepter de prendre le risque de voir la résidence de son enfant fixée au domicile de l’autre parent. Les décisions rendues par les juridictions françaises illustrent en effet une idée sous-jacente de sanction à l’encontre du parent qui extrait l’enfant du lieu de résidence habituelle de la famille. Celui qui, en s’éloignant, fait obstacle à la poursuite de la résidence alternée ou à l’exercice du droit de visite et d’hébergement de l’autre parent prend le risque de perdre le bénéfice des droits qui lui ont été conférés sur la résidence de l’enfant. Par une comparaison des décisions rendues en la matière, l’auteure, avocate spécialiste en droit de la famille et du patrimoine, propose d’établir une matrice de réflexion permettant à un parent divorcé ou séparé d’anticiper les questions inhérentes à un projet de déménagement et d’établir les étapes à suivre pour conserver la résidence de son enfant.

Accès à la version en ligne

Le dispositif de vidéo-feedback en protection de l’enfance. Un outil pour stimuler la fonction réflexive des assistants familiaux et des parents naturels.

Article de Pauline Simon Herrera, Nathalie Duriez

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 195-212.

Mots clés : Enfance en danger-Protection de l’enfance, Maltraitance, Enfant maltraité, Enfant placé, Enfance en danger, Relation enfant-mère, Émotion, Placement familial, Assistant familial, Vidéo

L’enfant placé a souvent vécu des traumatismes qui ont impacté sa capacité à réguler ses émotions dans les relations interpersonnelles. Afin d’aider les assistants familiaux et les parents à mieux s’ajuster à l’enfant ont été instaurés des temps d’observation dans les conditions naturelles des interactions adulte-enfant qui ont été enregistrés en vidéo. Le vidéo-feedback a ensuite été utilisé avec chacun des adultes. L’exemple de Matthias montre comment ce dispositif a permis aux parents d’identifier les conséquences de leur comportement sur leur enfant. L’exercice a été plus difficile pour l’assistante familiale davantage centrée sur ses besoins.

Accès à la version en ligne

Les enfants qui jouent le rôle d’interprète pour leurs parents : de la parentification à la parentalisation

Article de Muriel Bossuroy, Perrine Jouve

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 175-193.

Mots clés : Enfance-Famille, Interprétariat, Parentification, Enfant de migrant, Rôle, Parentalité, Famille, Migration, Langue

Les enfants de migrants sont souvent plus à l’aise que leurs parents dans la langue du pays d’accueil et peuvent jouer de ce fait un rôle d’interprète au sein de la famille. Cela peut-il entraîner une inversion des rôles parents/enfants et avec quelles conséquences ? L’analyse de treize protocoles d’enfants de 8 à 14 ans (un dessin de famille et un entretien semi-directif accompagné de supports visuels et de figurines, pour aider les enfants à exprimer leurs ressentis et leur perception de la dynamique familiale dans diverses situations) donne de nombreux indices d’une parentification douloureuse : peur de ne pas être à la hauteur, sentiments d’injustice, dévalorisation des parents, conflits fraternels et non-reconnaissance de leurs efforts et de leurs compétences pour traduire. Les indices d’une parentalisation fonctionnelle plus positive, telles que la fierté ou le sentiment de maturité, sont toujours associés à des expériences de remerciements ou de félicitations. Ces résultats invitent à sensibiliser les professionnels et les parents sur l’importance des signes de reconnaissance à l’égard des enfants interprètes qui contribuent à les maintenir à une place d’enfant.

Accès à la version en ligne

Observer et mesurer la maltraitance infantile : complexité de la démarche et données disponibles

Article de Anne Oui

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 159-173.

Mots clés : Enfance en danger-Protection de l’enfance, Maltraitance, Enfant maltraité, Protection de l'enfance, Méthode, Statistiques

L’observation chiffrée des violences faites aux enfants est indispensable en vue d’améliorer la connaissance d’un phénomène lourd de conséquences pour la santé du public concerné et le pilotage des politiques nationales et locales de prévention et de prise en charge des mineurs victimes. Une observation rigoureuse nécessite de dépasser des éléments de complexité relatifs notamment à la maltraitance infantile et de résoudre plusieurs problèmes de méthode : qualification des formes de violences, détermination de l’unité de compte pertinente, périmètre du public étudié, temporalité du décompte. L’élaboration récente de divers dispositifs de mesures, en statistique publique, en épidémiologie et dans le système d’observation de la protection de l’enfance permet de bénéficier de données fiables éclairant la maltraitance infantile sous plusieurs aspects.

Accès à la version en ligne

Accueillir un nouveau-né au temps du coronavirus : la fabrique de la famille au défi des interdictions de visite à l’hôpital

Article de Gaëlle Pradillon

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 137-158.

Mots clés : Enfance-Famille, Nourrisson, Épidémie, Hôpital, Maternité, Relation enfant-parents, Enfant malade, Famille, Maintien du lien, Covid-19

Les mesures sanitaires prises dans les hôpitaux durant l’épidémie mondiale de Covid-19, notamment au cours de la « première vague », sont venues questionner l’auteure dans le cadre de sa pratique au sein d’un service de réanimation néonatale. La fermeture de l’institution hospitalière aux visiteurs au nom de la sécurité sanitaire a ainsi conduit à fermer les services de suite de couches aux pères et à limiter, voire interdire, les visites des parents auprès de leur nouveau-né hospitalisé. Comment inventer des moyens de faire famille au moment où la famille se constitue ou se réaménage dans des conditions aussi extrêmes ? Au travers de quelques observations et de l’analyse d’un cas clinique, l’auteure invite à repenser les pratiques limitant les visites des parents mais également des frères et sœurs auprès des bébés hospitalisés.

Accès à la version en ligne

La solitude du devenir mère, enjeux individuel, conjugal, familial et sociétal. Exploration d’un cas clinique

Article de Delphine Vennat, Denis Mellier, Rose Angélique Belot

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 117-136.

Mots clés : Enfance-Famille, Maternité, Isolement, Fonction contenante, État dépressif, Couple, Parentalité, Famille élargie, Nourrisson, Dépression post-partum, Distance, Interaction, Relation enfant-mère

Dans les pays occidentaux, de nombreux nouveaux parents se sentent seuls et parfois impuissants avec leur nouveau-né. Ce sentiment peut être lié à un défaut d’étayage familial dans l’immédiat post-partum. Cet article présente, à partir d’une recherche universitaire plus large, un cas clinique approfondi dans lequel la distance familiale et géographique a été un facteur de vulnérabilité majeur. Ce cas montre les incidences multiples et intriquées d’un défaut d’étayage familial sur les processus intrapsychiques et intersubjectifs : dépression du post-partum chez la mère qui persiste dans le temps, relations conjugales et parentales qui se dégradent progressivement, et sur les interactions précoces difficiles. Révéler l’existence de ce risque améliorera la compréhension des besoins des parents et des bébés après la naissance et permettrait d’envisager une adaptation plus fine des pratiques professionnelles et des programmes de santé publique et, à plus grande échelle, des politiques familiales.

Accès à la version en ligne

Rendre le monde de l’enfant disponible dans un monde connecté

Article de Jocelyn Lachance

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 99-115.

Mots clés : Enfance-Famille, Parentalité, Technologie de l'information et de la communication, Séparation, Maintien du lien, Distance, Interaction, Technologie numérique, Sociologie

En quelques années, les TIC ont transformé le rapport aux expériences de séparation. Dans cet article, l’auteur montre cependant que la possibilité pour les parents de contacter leurs enfants grâce aux outils de communication ne suffit pas à expliquer leur désir de maintenir le lien malgré la distance. En resituant leurs usages dans le contexte de la modernité tardive, il explique que cette tendance peut être comprise comme l’expression de la « mise en disponibilité du monde » que le sociologue Hartmut Rosa décrit comme étant la caractéristique principale des sociétés contemporaines. Il apparaît alors que l’analyse de la « famille connectée » ne peut faire l’économie d’un examen des normes sociales qui traversent l’ensemble des sociétés, ce qui permet aussi d’éviter le piège d’imputer aux TIC l’origine de comportements trouvant leur explication dans un contexte social plus général.

Accès à la version en ligne

Thérapie conjugale à distance : innovation ou profanation du cadre ?

Article de Svetlana Hiers

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 77-98.

Mots clés : Enfance-Famille, Thérapie de couple, Distance, Intimité, Télémédecine, Transgression, Relation soignant-soigné, Couple, Environnement

Cet article interroge l’espace thérapeutique mouvant expérimenté dans une téléconsultation avec un couple. Il décrit les frontières polytopiques d’une séance online. Désormais, l’espace thérapeutique réunit trois lieux qui se superposent : chez le thérapeute, chez le patient et l’interface de rencontre, la plateforme numérique.
L’auteure constate l’émergence d’une illusion partagée entre le thérapeute et son patient, favorisée par la superposition de deux mondes : virtuel et réel, dans l’écran et hors de l’écran. Le passage à une thérapie conjugale à distance déplace les symptômes sur l’aspect territorial du cadre, tout en permettant de déployer un nouveau processus thérapeutique. Puisque les patients font entrer le regard du thérapeute dans leur habitat intérieur, la question du privé et de l’intime se pose : qu’est-ce qui est dévoilé ? Le couple peut jouer avec la création de la mise en scène jusqu’à la « profanation rituelle », la transgression du cadre. L’article apporte une illustration clinique d’une « séance à l’envers ».

Accès à la version en ligne

Le couple expatrié à distance : d’une illusion à l’autre

Article de Xiao Hui Aurore Lin Pinçon

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 59-76.

Mots clés : Enfance-Famille, Distance, Couple, Séparation, Transfert, Contre-transfert, Maintien du lien, Télécommunication, Échange, Thérapie de couple

Cet article s’intéresse au couple à distance dans le contexte de l’expatriation. La réflexion porte sur les effets des séparations et des retrouvailles à travers la distance géographique, qui met progressivement en évidence l’étrangeté de soi et de l’autre dans les liens de couple. L’étrangeté peut s’éprouver de façon plus ou moins accentuée selon la culture du pays d’expatriation. La rencontre avec un couple dont les entretiens se sont déroulés en chinois illustre ces enjeux et interroge la position du clinicien dans sa double position dans le transfert et le contretransfert.
L’article montre par ailleurs en quoi le virtuel à travers la tablette peut devenir un espace de jeu et de créativité au sens de Winnicott et entretenir l’illusion de la non-séparation. Il peut devenir un espace de besoin, qui peut faire barrage à une désillusion nécessaire et repousser les véritables retrouvailles du couple.

Accès à la version en ligne

Partir pour se dégager du secret ? Réflexion quant aux changements intra et interpersonnels liés à l’expatriation

Article de Ludmilla Foy Sauvage

Paru dans la revue Dialogue, n° 233, septembre 2021, pp. 41-58.

Mots clés : Enfance-Famille, Traumatisme, Honte, Secret, Histoire familiale, Distance, Étranger, Identité, Conscience de soi

Cet article propose une réflexion soulevée par le suivi psychanalytique de sujets expatriés dont les problématiques psychiques sont liées, entre autres facteurs, à la présence d’un secret tenu par leurs parents. J’émets ici l’hypothèse que l’expatriation, en tant que déplacement volontaire, peut permettre à certains sujets d’inscrire différemment, dans leur histoire, un événement traumatique tenu secret par leurs parents. Cette réflexion s’inscrit dans le prolongement d’une conception psychanalytique de l’expatriation (Drweski, 2015). Elle s’appuie sur les notions de clivage (Bayle, 2012), du double transitionnel (Jung, 2015) et du secret (Tisseron, 2001). L’auteure présente le cas de Doris, expatriée française suivie dans le cadre d’un travail de recherche mené à l’étranger. Il apparaît que la distance physique instaurée par son expatriation lui permet de se dégager psychiquement du vécu lié au clivage parental et enclenche une évolution de la situation discursive au sein de la famille.

Accès à la version en ligne