Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 2123

Votre recherche : *

Ma réputation ? J'y fais attention !

Article de Gail Heyman

Paru dans la revue Le Journal des professionnels de l'enfance - Recherches, n° 126, décembre 2020-février 2021, pp. 8-11.

Mots clés : Enfance-Famille, Cognition, Comportement, Désir, Développement cognitif, Enfant, Estime de soi, Étude de cas, Identité, Image de soi, Jeune enfant, Personnalité, Raisonnement, Recherche, Regard, Socialisation

Médiation par l’écriture et symbolisation : évaluation d’un dispositif thérapeutique pour adolescents

Article de C. Boulay, C. Invernizzi, J. Lighezzolo Alnot, et al.

Paru dans la revue Neuropsychiatrie de l'enfance et de l'adolescence, vol. 68, n° 8, décembre 2020, pp. 440-450.

Mots clés : Adolescent, Projet thérapeutique, Écriture, Atelier d'écriture, Médiation

Les thérapies par l’écriture pour adolescents sont aujourd’hui largement mobilisées sur le plan clinique, et très étudiées dans le champ de la recherche. Si leurs effets peuvent être mis en évidence, les mécanismes qui en sous-tendent l’émergence restent encore mal connus (Doucet et al., 2018), nécessitant des recherches à même d’identifier les processus à l’œuvre en thérapie par l’écriture.

Retrait social

Article de X. Benarous, M.J. Guedj, E. Boë

Paru dans la revue Neuropsychiatrie de l'enfance et de l'adolescence, vol. 68, n° 8, décembre 2020, pp. 397-409.

Mots clés : Adolescent, Apathie, Trouble du comportement, Isolement, Lien social, Phobie, École

Covid-19, état des connaissances médicales

Article de Cyril Sellier, Maëlys Hérisson

Paru dans la revue Soins gérontologie, n° 146, novembre-décembre 2020, pp. 10-14.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Bilan, Crise, Épidémie, Personne âgée, Prévention, Risque, Statistiques, Symptôme, Transmission, Vieillissement

La maladie liée au coronavirus disease 2019 a provoqué l’une des plus grandes crises sanitaires jamais connues. Elle se définit en premier lieu comme une infection virale respiratoire et la symptomatologie peut prendre diverses formes, notamment parmi la population âgée, la plus exposée à la survenue d’une atteinte sévère. Malgré des avancées scientifiques rapides, les thérapeutiques restent malheureusement très limitées, tout particulièrement pour cette catégorie de patients. La priorité consiste donc à adopter et à respecter au mieux les mesures de prévention, en attendant d’éventuels progrès.

Covid-19, un défi pour la gériatrie

Article de Tristan Cudennec, Cyril Sellier, Soraya Ilare, Florence Arnouxet al.

Paru dans la revue Soins gérontologie, n° 146, novembre-décembre 2020, pp. 9-38.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Adaptation, Crise, EHPAD, Épidémie, Éthique, Gériatrie, Isolement, Management, Organisation du travail, Personne âgée, Posture professionnelle, Pratique professionnelle, Relation professionnelle, Relation soignant-soigné, Risque, Travail d'équipe, Vieillissement

L'apprentissage de la langue écrite dans le cas du syndrome de Williams

Article de Anne Sophie Pezzino, Nathalie Marec Breton, Agnès Lacroix

Paru dans la revue Enfance, vol. 72, n° 4, octobre-décembre 2020, pp. 475-508.

Mots clés : Enfance-Famille, Handicap-Situations de handicap, Maladie génétique, Enfant handicapé, Handicap mental, Déficience cognitive, Lecture, Apprentissage, Maladie rare

Le syndrome de Williams (SW), maladie génétique rare admettant un handicap intellectuel, offre une occasion de mieux comprendre l’évolution des précurseurs phonologiques et visuels contribuant à l’activation des mécanismes de lecture. En effet, les déficits phonologiques et visuo-spatiaux semblent expliquer indépendamment une part de la variabilité dans l’installation du code écrit, malgré la préservation relative du lexique. Selon une approche multidimensionnelle, l’objectif de cette étude longitudinale sur trois ans était de repérer la nature et l’évolution des précurseurs phonologiques et visuels reconnus comme contribuant au bon développement de la maîtrise du code écrit. Nous avons rencontré une fois par an durant trois ans (3 temps), 7 jeunes avec SW âgés de 5 à 8 ans appariés, au cas par cas, à 30 enfants contrôles typiques selon le sexe et l’âge chronologique. Plusieurs tâches ont été administrées afin d’évaluer la connaissance du code et ses précurseurs phonologiques (épi- et méta-phonologie, mémoire auditivo-verbale et dénomination rapide) et visuels (raisonnement visuo-spatial et attention visuelle). Les résultats indiquent que l’évolution atypique et retardée de certains précurseurs conduit à un décalage temporel dans l’activation des mécanismes de lecture et, par conséquent, des trajectoires développementales de l’installation du code écrit dans ce syndrome. Notre discussion s’orientera vers une classification possible des trajectoires développementales, selon une approche multidimensionnelle des variabilités observées dans la maîtrise du code écrit.

Accès à la version en ligne

L'introduction des textures dans la période de diversification alimentaire en France

Article de Leslie Lemarchand, Mélanie Carnault, Sophie Kern

Paru dans la revue Enfance, vol. 72, n° 4, octobre-décembre 2020, pp. 527-548.

Mots clés : Petite enfance-Périnatalité, Alimentation, Prévention sanitaire, Nourrisson, Apprentissage précoce, Comportement alimentaire

Les recommandations de santé publique concernant l’ordre et l’âge d’introduction des textures au cours de la période de diversification alimentaire ne sont pas toujours précises et les connaissances sur l’application des préconisations sont peu documentées scientifiquement. La création du questionnaire « Inventaire des Conduites Alimentaires – ICA » pour lequel plus de 800 réponses ont été recueillies et analysées nous a permis de rendre compte des pratiques alimentaires mises en place dans les foyers français au stade de la diversification alimentaire. Deux résultats majeurs ressortent de cette étude. Le premier concerne les âges d’introduction (âge auquel un comportement émerge au sein de la population) et de consommation courante (âge auquel un comportement est observé chez plus de 75 % de l’échantillon) qui, en lien avec le développement des habiletés oro-motrices, varient selon les textures : les textures liquides et mixées sont introduites avant 4 mois alors que les autres textures le sont à partir de 5 mois. Par ailleurs, la chronologie suivante est observée pour les âges de consommation courante : la texture mixée est consommée par plus de 75 % des enfants à 6 mois, les liquides à 8 mois, les semi-solides à 10 mois et les solides à 14 mois. Le deuxième résultat confirme l’existence d’une fenêtre temporelle optimale pour l’introduction des aliments complémentaires qui se situerait autour de 10 mois.

Accès à la version en ligne

Garçons et filles : interactions pédagogiques différenciées ?

Article de V. Fournier, Annick Delvigne Durand, Sabine De Bosscher

Paru dans la revue Enfance, vol. 72, n° 4, octobre-décembre 2020, pp. 509-526.

Mots clés : Enfance-Famille, Genre, Pédagogie différenciée, Élève, Orientation scolaire, Réussite scolaire, Garçon, Fille, Pratique éducative, Comportement

De nombreuses études montrent que les choix d’orientation et la réussite scolaire sont encore marqués par le sexe de l’élève (Gaussel, 2016 ; Vouillot, 2014 ; Vouillot, Steinbruckner, & Thiénot, 2011). Un des facteurs qui pourraient expliquer la persistance de ces différences serait lié au vécu des élèves, au travers des pratiques pédagogiques différenciées selon le sexe, illustrées notamment par les interactions en classe. La recherche présentée ici est basée sur l’observation de 20 classes d’élèves âgés de neuf à douze ans lors de leçons de français et de mathématiques. Elle montre que si, conformément aux recherches récentes, le pourcentage des interactions enseignants-filles et celui enseignants-garçons ne sont pas globalement significativement différents, et ce quelle que soit la discipline, demeurent des différences pour certains types d’interactions. Les filles sont ainsi davantage félicitées et encouragées pour leurs efforts et leur motivation, elles reçoivent moins de critiques que les garçons pour leur motivation, leur conduite ou leurs compétences. Enfin, les filles, plus que les garçons, respectent les règles scolaires et ne répondent pas à des questions qui ne leur sont pas destinées. Ces résultats sont notamment discutés au regard des dispositifs de politique publique visant à « enseigner de manière égalitaire ».

Accès à la version en ligne

Comprendre l'accueil familial des personnes âgées et handicapées

Paru dans la revue Direction(s), hors-série n° 25, décembre 2020, pp. 4-67.

Mots clés : Grand âge-Vieillissement, Handicap-Situations de handicap, Personne âgée, Vieillissement, Handicap, Dépendance, Accueil familial, Statut, Contrat, Agrément, Rémunération, Employeur

L'accueil au domicile de particuliers à titre onéreux, dit "accueil familial", à mi-chemin entre le domicile et l’hébergement en établissement, propose un cadre intermédiaire d’accompagnement des personnes âgées et handicapées. À l’heure où la prise en charge de ces publics dans des établissements spécialisés atteint ses limites en termes de capacité d’accueil, de bientraitance et de coût, l’accueil familial présente de nombreux avantages mais reste peu connu.

Le rapport Libault sur la dépendance, rendu public au printemps 2019, a déjà avancé de multiples propositions pour en soutenir le développement, dont l’adossement de cette formule à des établissements ou service sociaux et médico-sociaux. Encore faut-il que les professionnels du secteur en cernent le cadre juridique que détaille ce Hors-Série : l’agrément départemental, le contrat d’accueil, la rémunération des accueillants familiaux, les avantages et les garanties offertes aux personnes âgées et handicapées.

Concilier emploi et famille en temps de pandémie : les résultats d'une recherche au Québec

Article de Diane Gabrielle Tremblay, Sophie Mathieu

Paru dans la revue Les Politiques sociales, n° 3 & 4, automne 2020, pp. 75-93.

Mots clés : Travail-Emploi, Enfance-Famille, Organisation du travail, Épidémie, Évolution, Télétravail, Travail, Famille, Salarié, Employeur, Genre, Conditions de travail, Productivité, Enquête, Québec

Au Québec, le contexte de pandémie de Covid-19 s’est traduit par des transformations radicales de l’organisation du travail. On est passé d’un taux d’environ 15 % d’organisations proposant le télétravail à 40 % en mai 2020. Comment les parents ont-ils vécu leur situation de conciliation travail-famille dans cette province où promor ? Comment les employeurs se sont-ils comportés face à leurs salariés en situation de télétravail ? Est-ce que le soutien organisationnel offert, en termes de réduction des attentes et du niveau de compréhension de l’employeur, est différent selon le genre, le type d’organisation et la catégorie d’emploi ? Afin de répondre à ces questions, nous analysons les données d’une enquête effectuée en mai 2020 auprès de 2 293 travailleurs québécois qui ont des enfants.