Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 23

Votre recherche : *

Emotions, travail et sciences sociales

Livre de Régine Bercot, Aurélie Jeantet, Albena Tcholakova, Arlie Russell Hochschild, et al., édité par Octarès Editions, publié en 2022.

Mots clés : Travail-Emploi, Travail, Émotion, Acteur social, Individu, Pouvoir, Relation femme-homme, Sociologie du travail, Relation professionnelle, Organisation du travail, Pluridisciplinarité, Usure professionnelle, Approche historique, Légitimité, Professionnalisation, Relation soignant-soigné, Soins palliatifs, Inconscient, Théorie, Subjectivité

En quoi la prise en compte des émotions permet-elle de mieux analyser les dynamiques au travail ? La pluralité des chapitres vise à répondre théoriquement et concrètement à la question en montrant que les émotions dialoguent avec le sens du travail et son organisation, impulsent ou réduisent les potentiels d'action. Les lecteurs auront accès à une traduction inédite d'un très beau texte de la grande sociologue américaine Arlie Russell Hochschild.
La manière dont le discute Christophe Dejours met en saillie les différences de préoccupations et de concepts entre sociologie et psychanalyse. En outre, plusieurs chercheurs et praticiens disent comment la prise en compte des émotions s'articule avec les corpus de leur discipline. Sociologues, anthropologue, historienne, cliniciens nous livrent la manière dont ils et elles s'appuient sur l'existence des émotions dans le travail pour fonder leurs repères, leur approche et leur contribution à l'analyse des mondes sociaux et particulièrement du travail.
Ainsi, la visibilité des émotions ou son invisibilité peuvent constituer un indicateur très pertinent pour l'historienne, nous explique Arlette Farge. Les émotions jouent comme révélateur des conditions de travail et participent activement des spécificités professionnelles. L'expression des émotions est sociale et genrée (Angelo Soares). Elles peuvent être prises dans des rapports de domination et instrumentalisées par autrui pour conduire à des comportements particuliers, ainsi qu'en témoigne Patricia Paperman.
Elles supposent toujours une activité de travail spécifique pour les assumer, les mettre à distance, les exprimer ou les taire selon les contextes et les situations. Cela peut conduire, lorsque l'organisation du travail est pathogène, à une désaffection, risquée pour le sujet (Thomas Périlleux). On pense couramment à la dimension individuelle de ce travail sur les émotions mais l'ouvrage montre qu'il fait l'objet d'une appropriation collective (Julien Bernard) et parfois institutionnalisée comme dans les hôpitaux (Michel Castra), ce qui permet de penser qu'une prise en charge organisationnelle des émotions est possible.
A quand sa généralisation ?

Souffrance en milieu engagé : enquête sur des entreprises sociales

Livre de Pascale Dominique Russo, édité par Ed. du Faubourg, publié en 2020.

Mots clés : Travail-Emploi, Risques psychosociaux, Économie sociale et solidaire, Enquête, Analyse critique, Mutualité, Association, Entreprise d'insertion, Conditions de travail, France Terre d'Asile, Compagnons d'Emmaüs, Groupe SOS, MACIF

Face à la toute-puissance du marché, l’économie sociale et solidaire jouit d’une aura précieuse et attire de nombreux talents. Or, ce secteur est à son tour affecté par une précarité croissante. Une pression démesurée s’exerce sur les salariés dont certains font des burn-out.
La fonction d’employeur est souvent un impensé de ces structures qui se vivent avant tout comme militantes. Très investis, les salariés peuvent avoir du mal à distinguer vie professionnelle et vie personnelle et se retrouvent, malgré eux, dans une situation de « servitude volontaire ». Un paradoxe et un non-dit.
Cette enquête nous mène dans de grandes associations telles qu’Emmaüs, France terre d’asile ou le groupe SOS, qui se retrouvent en concurrence face à des appels d’offres publics de plus en plus complexes. Les mutuelles sont en proie à une concentration féroce et à d’autres bouleversements à l’origine de souffrances, comme on le voit à la MACIF. Partout, le sens de l’engagement se dilue.

Le management, pour quoi faire ? Quand la question du sens devient première

Livre de Franck Flaesch, édité par l'Harmattan, publié en 2019.

Mots clés : Travail-Emploi, Management, Analyse critique, Philosophie, Compétition, Discours, Service public, Méthode, Valeur, Travail, Pouvoir, Vulnérabilité, Changement

Voici un livre contestataire sur le management : un livre qui pose la question du sens. Le sens que donnait le dogme du progrès, évidence de notre modernité passée, ne porte plus l'action, malgré la frénésie d'actions et d'agitations qui caractérise notre société. Ce n'est pas seulement une organisation du travail qui est ici critiquée, mais une finalité managériale qui n'est pas au service de l'humain. Ce livre au ton polémique, sous le patronage de Bernanos, dénonce le réductionnisme de la raison qui a préparé le terrain d'un monde excessivement normatif. Il récuse la promesse transhumaniste qui menace nos libertés et notre dignité.

Psychologie du Travail et des Organisations : 110 notions clés

Livre de Gérard Vallery, Marc Eric Bobillier Chaumon, édité par Dunod, publié en 2019.

Mots clés : Travail-Emploi, Psychologie du travail, Organisation, Relation professionnelle, Risques psychosociaux, Cadre

Dans un contexte de transformations rapides des situations professionnelles, les connaissances en Psychologie du Travail et des Organisations (PTO) sont à la fois diversifiées et dispersées.
Cette 2ème édition, complétée et actualisée, recense les principales notions de la discipline et les définit précisément dans un but d'initiation et d'approfondissement.
110 grandes notions explicitées : autorité, encadrement, évaluation du personnel, leadership, organisation, orientation, pénibilité, recrutement, santé au travail, stress, travail, usure professionnelle, etc.
Chaque notion comporte : une définition, des illustrations (exemple, application, tableau, schéma) et une petite bibliographie de 3 à 5 références.

url

Le burn out : travailler à perdre la raison

Livre de Danièle Linhart, Zoé Thouron, David Vandermeulen, édité par le Lombard, publié en 2019.

Mots clés : Travail-Emploi, Risques psychosociaux, Risque professionnel, Usure professionnelle, Stress, Management, Salarié, Humour, Syndicat, Conditions de travail, Individualisation

Pourquoi, alors que nous pensions que le travail était devenu bien moins pénible qu'aux siècles derniers, les burn out, les dépressions et même les suicides sur les lieux de travail se sont depuis généralisés et n'épargnent plus aucune société occidentale ? La sociologue du travail Danièle Linhart, spécialiste de ces questions, nous explique non sans humour – car il en faudra ! – les effets pervers des politiques managériales contemporaines qui précarisent les travailleurs, jusqu'à parfois les faire douter de leurs propres valeur et légitimité.

L'essentiel du droit du travail

Livre de Dominique Grandguillot, édité par Gualino, publié en 2018.

Mots clés : Travail-Emploi, Droit du travail, Inspection du travail, Négociation collective, Règlement intérieur, Formation alternée, Formation professionnelle continue, Emploi, Service public, Contrat de travail, Rupture, Licenciement, Licenciement économique, Durée du travail, Congés payés, Salaire, Participation, Jeune, Travail des femmes, Hygiène, Sécurité, Conditions de travail, Délégué du personnel, Comité d'entreprise, Conseil des prud'hommes, Conflit, Travail, Sécurité sociale, Prestation complémentaire, Assurance chômage

GESS - Gestion des Entreprises Sociales et Solidaires

Livre de Amina Beji Becheur, Pénélope Codello, Pascale Chateau Terrisse, édité par Ems, publié en 2018.

Mots clés : Travail-Emploi, Économie sociale et solidaire, Entreprise, Gestion, Valeur sociale, Ressources humaines, Innovation sociale, Contrôle, Marketing, Mutuelle, Insertion par l'économique, Coopérative, Organisation du travail, Gouvernance, Performance

La gestion est-elle un mal ou un remède pour les entreprises sociales et solidaires ? Les entreprises sociales et solidaires sont-elles des modèles d'apprentissage pour la gestion ? Nous amènent-elles à penser la gestion autrement ? Cet ouvrage vise à dépasser les tabous liés à la gestion dans l'entreprise sociale et solidaire. Collectif de chercheurs en sciences humaines et sociales (académiques et/ou praticiens), notre ambition est de porter un regard critique sur la gestion des entreprises sociales et solidaires.
Sur la base de l'étude de nombreux cas (mutuelles, associations, coopératives de consommateurs, banques coopératives, Scop, Scie, etc.), il s'agit de questionner et comprendre les dispositifs et les pratiques de gestion des entreprises sociales et solidaires. La réflexion des auteurs s'est construite autour des questionnements suivants : Que nous apprennent les entreprises sociales et solidaires sur la gestion des organisations ? Qu'ont-elles mis en oeuvre de spécifique ? Existe-t-il déjà des "pépites"à observer, à essaimer issues de leurs pratiques de gestion ? Le phénomène d'isomorphisme avec les modèles d'entreprise capitaliste est-il si important ? Si oui, est-il un problème ? Pourquoi ? Et comment construire d'autres modes de gestion ? Quelles questions les organisations doivent-elles se poser pour dépasser les tensions inhérentes à l'hybridité entre économique, social ou solidaire ? Que doivent-elles inventer ? L'ouvrage se compose d'essais qui visent à défendre des points de vue sur des sujets récurrents et importants pour les entreprises sociales et solidaires.
Ces derniers sont organisés en quatre thèmes : dépasser les tabous pour une gestion utile au projet social ou solidaire ; gestion pour et par la valeur sociale ; comment organiser durablement la gouvernance démocratique ; penser autrement la gestion des ressources humaines dans l'entreprise sociale et solidaire. Ces questions, nous l'espérons, feront sens et aideront tant dans la compréhension des phénomènes que dans la prise de décisions et la formation pour une gestion au service des entreprises sociales et solidaires.

Précaire ! Nouvelles édifiantes

Livre de Mustapha Belhocine, édité par Agone, publié en 2017.

Mots clés : Travail-Emploi, Travail, Emploi précaire, Précarité, Exclusion sociale, Jeune, Chômage, Jeune travailleur, Souffrance, Récit de vie

Quelques scènes d'une vie de précaire consignées par un apprenti sociologue retournant la domination et l'exploitation par l'écriture. « Devant moi, un hall gigantesque, divisé en cages grillagées sur toute la hauteur. On ne peut pas passer d’une cage à l’autre, chaque porte est surveillée par un agent de sécurité et seuls les contremaîtres peuvent ouvrir. Je suis devant un tapis roulant. Une boîte tombe du ciel, un carton arrive et je dois mettre la boîte dans le carton. Au bout de cinq minutes, je suis déjà épuisé, comment je vais tenir jusqu’à 21 heures ? Comment je vais tenir tout court ? Comment peut-on tenir plusieurs mois ? À 19 heures les machines s’arrêtent. Je ne sentais plus mes jambes ni mes bras. Escortés par les chefs d’équipe, nous marchons d’un pas lent, en file indienne. On nous ouvre puis nous regroupe à cinquante dans une petite salle crasseuse. Il n’y a pas assez de chaises, de toute façon je n’aurais pas eu la force de m’asseoir. ― Écoutez, je sais que vous avez beaucoup travaillé, ça fait à peine cinq minutes que vous êtes en pause, mais on vient de recevoir de la marchandise. Alors on y retourne, vous récupérerez une heure ce soir, mais pour ça, faut emballer et faire ça bien ! J’interpelle un mec à côté de moi : “Putain, c’est pas possible, ils n’ont pas le droit ! C’est interdit, ils ne font pas ça tous les jours...” ― Si ! Tous les jours, c’est comme ça. » Mustapha Belhocine est ce qu'on appelle aujourd'hui un « précaire » : condamné aux contrats courts, il enchaîne des missions d'homme de ménage au pays de Mickey, de manutentionnaire dans un célèbre magasin de meubles ou de « gestionnaire de flux » chez Pôle Emploi – ce dernier poste consistant à renvoyer chez eux les impudents chômeurs venus faire leurs réclamations en direct plutôt que sur Internet._ _Armé des mots de Bourdieu, d'un bagout sans faille et de réflexes réfractaires aux ordres illégitimes, il opère de lucides coups de sonde dans les bas-fonds de l'exploitation moderne. Contrairement à Florence Aubenas ou à Günter Wallraff, journalistes s'étant glissés dans la peau de précaires, Belhocine est un précaire par nécessité économique, qui écrit ce qu'il vit pour consigner les cadences, les vexations et la pénibilité, mais aussi faire éclater le ridicule, jusque dans sa langue, d'une organisation sociale exigeant de ses « castmembers opérationnels et motivés » d'avoir le "sens du jeu".

Le bien-être au travail : pour un service public performant et bienveillant

Livre de Olivier Bachelard, Nathalie Loiseau, édité par Presses de l'EHESP, publié en 2017.

Mots clés : Travail-Emploi, Ressources humaines, Fonction publique, Administration, Stress, Travail, Prévention, Conditions de travail, Souffrance, Bien-être, Care

La recherche du bien-être au travail des agents publics ne se réduit pas au domaine de la prévention « Santé et sécurité au travail ». C’est aujourd’hui une composante de la performance globale, de l’efficience et de la qualité du service. Promouvoir des relations bienveillantes au travail permettrait de faire face sur le terrain aux contraintes budgétaires et aux attentes du public.
Les organisations publiques ont ainsi pris conscience de la nécessité de s’interroger sur ce sujet par le biais d’un management approprié. Accompagner les agents, les aider à évoluer dans leurs pratiques, mieux gérer leurs émotions et développer des logiques coopératives transversales seraient autant de clés pour éviter que l’urgence et les problèmes du quotidien ne s’imposent au détriment d’une logique plus solidaire.
À l’appui de huit études de cas et de leur analyse critique, des chercheurs et des praticiens (officiers, policiers, proviseur, directrice de CPAM, DRH d’hôpital…) issus des trois fonctions publiques décortiquent les notions de bien-être et de bienveillance au travail, dans le but d’atteindre un fonctionnement optimisé favorisant l’innovation et l’engagement de chacun au profit de tous.

Manifeste des oeuvriers

Livre de Roland Gori, Bernard Lubat, Charles Silvestre, édité par Actes sud, publié en 2017.

Mots clés : Travail-Emploi, Travail, Conditions de travail, Mode de vie, Qualité de la vie, Relation professionnelle

Oeuvriers, il y a dans ce mot, énigmatique, aux multiples sens, une intuition, l'intuition d'une urgence et de la nécessité de révolutionner la relation au travail, à la vie. Il faut en finir avec le "travail en miettes" qui transforme chacun de nos métiers en chaîne de production standardisée, fabriquant des objets et des services sans saveurs ni originalité, et un monde glacial et désenchanté. L'oeuvre n'est pas incompatible avec le travail, le travail bien fait dans l'amitié et le goût.
On peut gagner sa vie mais aussi la partager avec les autres en produisant des objets et des services de qualité. Il faut pour cela restituer aux conditions sociales des métiers leurs dimensions artisanales et artistiques, faire oeuvre. C'est une urgence. Urgence démocratique autant que subjective. Ce sont des oeuvriers qui vous le disent, artiste, journaliste et chercheur. Oeuvriers, manifestez-vous !