Rechercher un article, un ouvrage, une thèse

PRISME travaille à la réalisation de deux bases de données bibliographiques : La première, Sciences et Action Sociales, constitue la base mutualisée du réseau. La deuxième, Thesis, est dédiée à la sélection et à l'indexation de thèses en travail social. Elle est le fruit d'un partenariat avec le CNAM-CDFT.

Réponses 1 à 10 sur un total de 19

Votre recherche : *

Le manuel pratique de la méthode Montessori

Livre de Maria Montessori, édité par Desclée de Brouwer, publié en 2018.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Pédagogie, Méthode pédagogique, Éducation, Enfant, Acquisition des connaissances, Enseignement, École

A l'heure où les guides pratiques sur la méthode Montessori se multiplient, voici celui que Maria Montessori a elle-même conçu pour "entrer dans les familles" , écrit en espagnol en 1939 (étayant une première version de 1914 en anglais). Inédite en français, cette version historique a néanmoins gardé toute son actualité. Dans ce manuel, qui n'est pas seulement pratique, Maria Montessori présente aussi la philosophie de sa pédagogie en rappelant son objectif final : servir la Paix.
Elle insistait en effet sur le fait que l'éducation était la meilleure arme pour la Paix, et qu'il fallait, pour l'atteindre, considérer l'enfant comme le guide de son éducation. Qui mieux que lui-même sait ce qui est bon pour son propre développement ? Originalité de ce manuel : il est le seul illustré par des photos personnelles de Maria Montessori. La traductrice s'est efforcée de reproduire en couleur ces photos soigneusement choisies.
La mise en parallèle des clichés historiques en noir et blanc et des photos contemporaines montre bien qu'en dépit du siècle qui s'est écoulé depuis l'ouverture de la première "Maison des Enfants" , et malgré toutes les évolutions de la méthode qui n'est ni figée ni passéiste, l'essentiel est resté identique. Maria Montessori, (1870-1952), est une femme médecin et pédagogue italienne. Elle est mondialement connue pour la pédagogie qui porte son nom.
L'intégralité de son œuvre est publiée chez Desclée de Brouwer. Charlotte Poussin, éducatrice Montessori diplômée de l'AMI, est membre du conseil de l'Association Montessori de France, et l'auteur de plusieurs ouvrages de référence autour de la pédagogie Montessori.

Mon abrégé de psychanalyse

Livre de Claude Nachin, édité par L'Harmattan, publié en 2018.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Psychanalyse, Concept, Théorie, Cure analytique, Méthode, Contrat, Transfert, Psychisme, Contre-transfert, Névrose, Hystérie, Phobie, Psychopathologie, Adolescent, Psychose, Symbolique, Affectivité, Anxiété, Amour, Haine, Jalousie, Culpabilité, Fantasme, Langage, Culture, Philosophie, Phénoménologie, Littérature, Art, Cinéma, Télévision, Bande dessinée, Vie quotidienne, Freud (Sigmund)

Cet abrégé de psychanalyse essaie de prendre en compte les développements de la psychanalyse au cours du siècle. Cet ouvrage étudie la méthode psychanalytique et ses résultats dans la cure des patients, la théorie générale de la psychanalyse, et enfin son rôle dans la médecine et dans la culture (psychiatrie, philosophie, littérature, arts).

Le récit de soi : une pratique éthique d'émancipation

Livre de Isabelle Galichon, édité par L'Harmattan, publié en 2017.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Récit de vie, Émancipation, Philosophie, Littérature, Poésie, Genre, Épistémologie, Sociologie, Méthode, Écriture, Foucault (Michel), Berr (Hélène), Hyvernaud (George), Cayrol (Jean), Char (René), Wiesel (Elie)

Les derniers travaux de Michel Foucault sont une nouvelle grille de lecture pour l'analyse des pratiques d'écriture personnelle. Dans ses cours au Collège de France sur les pratiques de soi antiques, Foucault ébauche une généalogie de l'écriture de soi. Cette pratique, dès lors qu'elle renonce au psychologique et s'ouvre à une altérité, devient une « pratique de liberté ». Face à une épreuve existentielle, aux agressions de l'histoire, à un contexte répressif, le récit de soi offre un cheminement vers une forme d'émancipation.

Donner - reconnaître - dominer : trois modèles en philosophie sociale

Livre de Louis Carré, Alain Loute, Axel Honneth, Marcel Hénaff, et al., édité par Presses universitaires du Septentrion, publié en 2016.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Don, Philosophie, Modèle, Théorie, Anthropologie, Psychanalyse, Phénoménologie, Sociologie, Relation, Tiers, Ambivalence, Altérité, Aliénation, Endettement, Symbolique, Dépendance, Responsabilité, Affectivité, Amour, Économie, Politique sociale, Domination, Réciprocité, Caillé (Alain), Butler (Judith), Scott (James C.), Althusser (Louis), Veyne (Paul), Mauss (Marcel), Lévi Strauss (Claude), Bourdieu (Pierre), Weber (Max), La Boétie (Etienne de), Ricoeur (Paul), Boltanski (Luc), Lacan (Jacques), Levinas (Emmanuel), Hegel (Georg W. Friedrich)

Quand il s'agit de rendre compte, par-delà les calculs intéressés de l’homo oeconomicus, de la manière dont tiennent les sociétés humaines, donner et reconnaître apparaissent comme deux dimensions constitutives de l’agir social. Mais du don et de la reconnaissance, il convient aussi, avant d’en appeler à leur syncrétisme, d’en interroger les proximités et les distances, ainsi que leurs consistances respectives. Par exemple, dira-t-on d’un don sans retour ou d’une reconnaissance sans réciprocité qu’ils sont encore dignes de ces noms ? Les activités de don et de reconnaissance se confrontent alors à une tierce dimension qui les taraude de l’intérieur : la domination. Cet ouvrage propose d’examiner plus précisément la façon dont se répondent et s’entremêlent les trois modèles du don, de la reconnaissance et de la domination, sur des enjeux contemporains situés au croisement de plusieurs horizons théoriques (la théorie critique, l’anthropologie, la phénoménologie sociale, la psychanalyse).

Comprendre l'économie : un enjeu citoyen - en finir avec les idées reçues

Livre de Assen Slim, édité par le Cavalier bleu, publié en 2016.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Économie, Concept, Représentation sociale, Idéologie, Perception, PIB, Monnaie, Croissance économique, Mondialisation, Fiscalité, Budget, État, Privatisation, Service public, Politique sociale, Revenu minimum, Prestation sociale, Emploi, Retraite, Flexibilité de l'emploi, Crise économique, Banque, Pays émergent, Capitalisme, Collaboration

Il ne s’agit pas ici de prendre position pour ou contre telle ou telle approche, mais d’apporter un éclairage le plus objectif possible et accessible à tous, afin que chacun puisse se forger sa propre opinion et agir en conséquence...

Sociologie générale - Volume 2 : cours au Collège de France(1983-1986)

Livre de Pierre Bourdieu, édité par Ed. du Seuil, publié en 2016.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Sociologie, Théorie, Enseignement supérieur, Société, Méthodologie, Sciences humaines et sociales

Ce second volume du cours de "sociologie générale", selon l'intitulé que Pierre Bourdieu avait donné au premier cycle de son enseignement au Collège de France, complète la présentation systématique de son appareil conceptuel et de sa démarche méthodologique. Après avoir insisté, au cours des deux années précédentes, sur les notions d'habitus et de champ, Bourdieu consacre une large part des trois suivantes à celle de capital et à l'articulation de ses trois concepts fondamentaux.
Attentif aux difficultés de la transmission des savoirs, le sociologue réorganise par ailleurs son cours en divisant chaque séance en deux parties. La première, appelée "leçon", poursuit la présentation formelle de sa théorie. La deuxième, baptisée "séminaire", est quant à elle consacrée à des recherches en cours. Sont ainsi successivement abordés, par exemple, un sondage réalisé en vue d'établir un classement des intellectuels influents, la révolution symbolique opérée par Manet et des lectures sociologiques d'oeuvres littéraires, parmi lesquelles Le Procès de Kafka et La Promenade au phare de Virginia Woolf.
Cet exercice de synthèse, jamais vraiment renouvelé par Bourdieu, offre ainsi un exposé particulièrement accessible et vivant de l'une des entreprises théoriques les plus exigeantes en sciences sociales.

Avoir la rage : du besoin de créer à l'envie de détruire

Livre de Daniel Marcelli, édité par A. Michel, publié en 2016.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Jeune en difficulté, Émotion, Colère, Frustration, Isolement, Psychopathologie, Psychanalyse, Narcissisme, Empathie, Contestation, Séduction, Pouvoir, Secte, Aliénation, Identité, Télévision, Internet, Islam, Intégrisme, Rupture, Thérapie, Médiation, Prévention, Soutien à la parentalité, Relation enfant-parents, Relation adulte-enfant, Pulsion de vie, Pulsion de mort, Vulnérabilité, Reconnaissance, AUTO-AGRESSIVITE, MAL-ETRE

J'ai la rage" : ce nouveau signe de ralliement des adolescents et jeunes adultes - là où jadis l'enragé était mis à l'écart - traduit son besoin exacerbé de reconnaissance: il pousse chaque individu à donner le meilleur de lui-même et soutient sa créativité. Mais hélas cette rage peut aussi se transformer en force aveuglément destructrice. Entre créer ou détruire, ce moment de basculement témoigne de la vulnérabilité du sujet : comment faire pour que cette rage trouve un chemin positif, devienne un moteur d'épanouissement ? Daniel Marcelli, pédopsychiatre, connaît bien cette détresse des adolescents qui se sentent incompris. Ils ont besoin d'une approbation, d'une écoute attentive et durable. Mais autour d'eux rodent des séducteurs en tout genre, habiles à attiser leur rage et à la transformer en haine de l'autre. Il faut donc ne pas se fermer les yeux, savoir repérer les signes inquiétants et réagir de manière appropriée à chaque âge: autant de repères précieux que le lecteur pourra trouver dans cet ouvrage.
Daniel Marcelli, Professeur émérite des universités, pédo-psychiatre, président de la Fédération nationale des Écoles des parents et des éducateurs, auteur de nombreux ouvrages spécialisés (Masson) et d'essais (notamment Il est permis d'obéir en 2009, et Le Règne de la séduction (2012).

La révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux

Livre de Jean Lojkine, édité par le Bord de l’eau, publié en 2016.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Culture-Loisirs, Mouvement social, Communication, Vie politique, Information, Réseau d'information et de communication, Démocratie participative, Solidarité, Capitalisme, Autogestion, Internet

Comment fédérer des mouvements sociaux dont la libre association n’implique aucunement la fusion dans un ensemble homogène et centralisé ? Cette question est bien au coeur des luttes altermondialistes et des mouvements des indignés. Comment aller jusqu’au bout de la démocratie «réelle « qui fédère les savoirs locaux et les savoirs universels, les savoirs de la vie quotidienne et les expertises savantes ? La réponse ne réside pas dans un passage « en douceur « du capitalisme financier au communisme informationnel.
Les usages sociaux des nouvelles technologies de l’information ne sont jamais déterminés technologiquement, ils portent toujours en eux la possibilité d’un choix, contradictoire, entre plusieurs politiques. La grande alliance entre les cadres, les travailleurs de l’information et les couches populaires ne naît pas spontanément de la mise en commun des expériences locales ; elle ne doit pas en effet gommer les différences des trajectoires de ceux qui décident de lutter ensemble.
Ce livre tente de montrer comment les luttes des paysans irrigateurs, des communautés villageoises coopératives ont quelque chose de commun avec le combat des jeunes diplômés pour une nouvelle civilisation post-capitaliste. La révolution industrielle à laquelle continue de renvoyer la "modernité capitaliste" (production et la consommation de masse, centralisation hiérarchique, division du travail) s’oppose radicalement à la nouvelle "modernité " issue de la révolution informationnelle.
C’est elle qui donne sens au mouvement actuel en faveur des coopératives, de l’économie solidaire, c’est elle qui fonde toutes les nouvelles pratiques solidaires, les expériences de démocratie directe tant dans l’accès aux ressources naturelles que dans le partage des informations.

L'attachement : approche théorique : du bébé à la personne âgée

Livre de Nicole Guédeney, Antoine Guédeney, Peter Fonagy, Boris Cyrulnik, et al., édité par Elsevier Masson, publié en 2016.

Mots clés : Enfance-Famille, Courants de pensée en sciences humaines, Attachement, Théorie, Concept, Sécurité, Affectivité, Relation enfant-parents, Socialisation, Amitié, Intergénérationnel, Psychanalyse, Culture, Éthologie, Neurologie, Nourrisson, Jeune enfant, Enfant, Adulte, Personne âgée, Évaluation, Relation professionnelle, Sexualité, John Bowlby, Mary Main, Mary Ainsworth

La théorie de l’attachement propose une compréhension de la genèse du lien fondamental tel qu’un bébé s’attache à ceux qui l’élèvent. Le moteur essentiel de cette construction est la satisfaction de son besoin inné de proximité et de sécurité avec les figures censées le protéger. Cet ouvrage présente les concepts généraux de la théorie de l’attachement tout au long de la vie, de la naissance à l’âge mûr.
Cette 4e édition propose une mise à jour complète de l’ensemble des connaissances sur la théorie de l’attachement, dont les applications thérapeutiques se développent. Elle propose également des thématiques nouvelles liées aux découvertes récentes en neurosciences et à l’évolution de la société : Attachement et neurosciences, attachement et courant développemental chez l’adulte, attachement et sexualité de l’adulte, attachement et société, les mesures de l’attachement chez l’adolescent et la personne âgée.

Philosophie sociale : une philosophie pour tous les acteurs sociaux et éducatifs

Livre de Laurent Ott, édité par Chronique sociale, publié en 2016.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Philosophie, Société, Pensée, Idéologie, Parentalité, Temps, Institution, Valeur, Justice, Pouvoir, Honte, Discrimination, Tolérance, Réel, Rue, Identité, Action sociale, Direction

La philosophie correspond généralement à un mauvais souvenir pour les étudiants en travail social ou les enseignants. Ils ont la mémoire d'une matière très scolaire, qu'ils n'ont connue qu'une seule année, et dans l'unique optique de l'examen et de la note au Bac qui devait en découler. Parce que la Philosophie peut être trop souvent, pour reprendre l'expression de C Freinet, comme "de l'eau pour un âne qui n'a pas soif", il convient de jeter les bases de ce qui pourrait être une "Philosophie Sociale" utile à tous les éducateurs, acteurs sociaux et éducatifs (professionnels ou non). Bien entendu cette "Philosophie sociale", parce que sociale, se doit d'être une philosophie de tous et pour tous ; c'est à dire une philosophie absolument débarrassée de tout ce que l'école a pu véhiculer comme déconnexion d'avec notre vie et notre monde. Elle se doit être une philosophie "déscolarisée", c'est à dire débarrassée de toute velléité encyclopédique, et didactique. Dans cette Philosophie les auteurs que nous avons à rencontrer sont ceux qui ont été productifs au sens basique du concept de "travail". Car nous avons besoin de concepts, non seulement pour comprendre, mais (plus simplement encore) pour saisir et savoir percevoir le monde et la réalité qui nous entourent. Sans ces mots, sans ces concepts, nous sommes abusés par l'évidence et l'immédiateté de tout ce qui nous conditionne, programme ou opprime : institutions, médias, discours dominants, illusion "naturelle" d'un "ordre des choses", qui est toujours idéologique.Cet ouvrage est un outil d'aide à la réflexion et à l'action pour tous les travailleurs sociaux dans l'exercice de leur travail. Il est un outil de travail pour les étudiants en travail social.