Documentation sociale

Vous êtes étudiant, professionnel, enseignant, documentaliste, chercheur en travail social ?
Accédez ici à tous les outils de PRISME vous permettant de chercher de la documentation et de suivre une veille documentaire spécialisées dans le secteur des sciences sociales et de l'action sociale.

Réponses 1 à 10 sur un total de 1694

Votre recherche : *

Psychologie : guide et bilan critique

Article de Jean François Marmion, Viviane Kovess Masfety, Edmond Marc, et al.

Paru dans la revue Les Grands dossiers des sciences humaines, n° 59, juin-juillet-août 2020, 82 p..

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Psychologie, Courant de pensée, Psychopathologie, Psychothérapie, Psychologie du développement, Psychologie cognitive, Psychanalyse, Neurologie, Psychosociologie

Puisqu’il serait illusoire de prétendre à l’exhaustivité dans une discipline si riche, si contradictoire et si fragmentée, nous vous proposons des points de repère représentatifs de la diversité de la psychologie du 21e siècle. Nous avons chargé nos contributeurs de présenter un panorama clair et concis du domaine dont ils sont spécialistes, en exposant les fondamentaux, les axes de recherche d’aujourd’hui et les perspectives d’avenir. En espérant que cet aperçu balisera suffisamment l’horizon de la psychologie pour vous donner envie de prolonger votre exploration et d’établir votre propre cartographie de ce territoire immense, méconnu, et toujours surprenant.

Burrhus Skinner : les lois du comportement

Article de Marc Olano

Paru dans la revue Sciences humaines, n° 327, juillet 2020, pp. 50-55.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Psychologie, Comportement, Skinner (Burrhus Frederic)

Fervent promoteur de la psychologie béhavioriste et de ses applications dans le monde de l’éducation et des thérapies, Burrhus F. Skinner est considéré comme l’un des psychologues les plus influents du 20e siècle.

Les peuples premiers : qu'ont-ils à nous apprendre ?

Article de Laurent Testot, Laurent Testot, Jean François Dortier, et al.

Paru dans la revue Sciences humaines, n° 327, juillet 2020, pp. 26-49.

Mots clés : Courants de pensée en sciences humaines, Société primitive, Ethnie, Culture, Savoir, Identité

Ils sont tout au plus un demi-milliard sur Terre ! Des peuples qui représentent moins d’un humain sur quinze. Ils sont dits premiers car ils incarneraient des modes de vie ancestraux, aux antipodes de notre civilisation urbanisée et technicienne.

Si ces mêmes peuples sont dits autochtones, c’est pour souligner que leur histoire est marquée par les spoliations : ils ont été expropriés des terres autrefois parcourues par leurs ancêtres, les épidémies les ont décimés, leurs langues ont été combattues, et notre conquête de la planète les a relégués aux marges du monde : le Grand Nord, les collines d’Asie australe, les jungles et les déserts d’Afrique, la forêt amazonienne… Des territoires fragiles, déstructurés précocement par le changement climatique.

Mais alors que leurs sociétés se mobilisent pour faire entendre leurs voix, s’adaptent à ces tensions, s’ouvrent au tourisme, les chercheurs questionnent les stéréotypes : on les disait pacifistes, égalitaires, cela ne va plus de soi. On découvre que les « forêts vierges » étaient des écosystèmes entretenus par leurs habitants. Jusqu’au chamanisme, à la fois façon globale de penser la santé des humains, des sociétés et des milieux ; et usage original des techniques de l’imagination et de la cognition.

Il nous faut désormais apprendre à voir les autochtones non plus comme les témoins d’un passé révolu, mais comme des partenaires qui ont tant à nous enseigner sur l’expérience humaine.

Se retrouver en équipe après le confinement

Article de Pascal Mullard

Paru dans la revue Le Journal de l'animation, n° 210, juin-juillet 2020, pp. 36-41.

Mots clés : Travail-Emploi, Animateur, Équipe, Santé publique, Management, Innovation, Organisation du travail, Projet

La crise sanitaire ayant un impact extrêmement puissant sur l'ensemble des systèmes humains, il nous apparaît utile de réfléchir avec vous à propos de comment se retrouver en équipe et envisager l'avenir, après un événement aussi marquant.

De l'altruisme à la solidarité

Article de Martine Fournier, Thomas Lepeltier, Romina Rinaldi, et al.

Paru dans la revue Sciences humaines, n° 326, juin 2020, pp. 28-51.

Mots clés : Lien social-Précarité, Solidarité, Don, Empathie, Bilan, Bénévolat, Aidant familial

Durant l’hiver 2020, l’irruption d’un minuscule virus a bouleversé la planète. Face à une pandémie qui a fauché des milliers de vies dans le monde, on a pu assister à de nombreuses manifestations d’entraide et de solidarité. Tout comme lors d’ouragans destructeurs, de tsunamis et de tremblements de terre ravageurs ; comme aussi durant les guerres, lorsque par exemple des Justes cachaient chez eux des familles juives au péril de leur vie…

Les racines de l’altruisme ont fait l’objet de multiples théories. Faut-il y voir un penchant naturel ? La manifestation d’une empathie enracinée dans la psychologie humaine ? Ou une forme détournée d’égoïsme dans laquelle chacun trouverait des gratifications et des bénéfices personnels ? Les sociétés occidentales ont longtemps vu la compétition inscrite dans la nature humaine, et la coopération comme ressortissant de l’idéologie ou de la morale.

Depuis une vingtaine d’années pourtant, on assiste à un foisonnement de travaux faisant de la solidarité, de l’entraide et de la coopération un nouveau paradigme. De la psychologie aux neurosciences, de l’anthropologie jusqu’à l’éthologie, les recherches nous montrent un monde animal où ne règne pas que la loi de la jungle, de tout jeunes enfants doués d’empathie bienveillante, ou encore des adultes prêts à donner un organe pour sauver un inconnu… Même chez les biologistes, les gènes, longtemps considérés comme égoïstes, sont devenus altruistes ! Dans les sciences sociales cependant, les analyses critiques ne manquent pas. Bénévolat, philanthropie, solidarité font l’objet de vifs débats. Ils seraient, selon certains, la face cachée d’intérêts personnels, sociaux ou étatiques. Autrement dit, entre tenants de l’altruisme, de la bienveillance et de la générosité humaine et tenants des approches individualistes, la lutte continue !

De la rivalité mère-fille à l'adultère avec le gendre : vers l'indépendance transgénérationnelle ?

Article de Zahia de Araujo

Paru dans la revue Le Journal des psychologues, n° 378, juin 2020, pp. 64-69.

Mots clés : Enfance-Famille, Relation enfant-mère, Fille, Rivalité, Autonomie, Adultère

Les relations mère-fille sont la plupart du temps d’une forte intensité. Elles peuvent être sereines comme extrêmement complexes. La question de cette rivalité apparaît comme centrale dans le développement identitaire et la construction de l’indépendance psychique. Mais cette rivalité peut aussi devenir « ravissante »*, venant déposséder la fille d’elle-même. Dans ce texte, l’auteure analyse une relation mère-fille destructrice, qui va aller jusqu’à l’adultère avec le gendre – manifestation ultime de ce ravissement. Et pourtant, de cet adultère, va également naître un mouvement de survie vers l’indépendance.

Accès à la version en ligne

Jeunes migrants isolés : comment aider à la reconstruction, après le traumatisme destructeur

Article de Cécile Flaget

Paru dans la revue Le Journal des psychologues, n° 378, juin 2020, pp. 59-63.

Mots clés : Jeunesse-Adolescence, Immigration-Interculturalité, Mineur non accompagné, Traumatisme, Psychothérapie

Dans ce texte très personnel, l’auteure rend compte de son expérience en tant que psychologue auprès de jeunes migrants isolés. Arrivés en France après de très longs et douloureux périples, ces patients, adolescents, sont souvent en perte de repères. Cécile Flaget leur offre un espace de parole libérée, où ils peuvent déposer leurs souffrances et leurs espoirs, afin de se reconstruire, tout doucement.

Accès à la version en ligne

Regards cliniques sur la grand-parentalité

Article de Ivy Daure, Céline Paris Zapata, Yveline Rey, et al.

Paru dans la revue Le Journal des psychologues, n° 378, juin 2020, pp. 12-54.

Mots clés : Enfance-Famille, Grands-parents, Psychologie clinique, Gérontologie, Maladie, Migration, Handicap, Fonction, Maternité, Relation enfant-parents

L'Insee rapporte que plus de 15 millions de grands-parents en France métropolitaine jouent un rôle actif dans l’organisation et le bon déroulement de la vie de la famille et de leurs petits-enfants au quotidien. Grâce à une durée de vie plus longue : les grands-parents sont sportifs, en forme ; ils travaillent, voyagent, ont une dynamique de vie où chacun vit chez soi, dans laquelle la famille nucléaire est préservée, bien que la présence des grands-parents reste importante au fonctionnement du système.

Accès à la version en ligne

EPRD : la révolution culturelle

Article de Gladys Lepasteur

Paru dans la revue Direction(s), n° 187, juin 2020, pp. 4-6.

Mots clés : Travail social : Établissements, Gestion, Établissement social et médicosocial, Budget, Comptabilité, CPOM

Crise sanitaire oblige, le dépôt des états prévisionnels de résultat et de dépenses (EPRD) 2020 a été repoussé pour les gestionnaires concernés. L'occasion de revenir sur les bouleversements introduits, dans le secteur médico-social, par cet instrument budgétaire et comptable en termes de pilotage des organisations, comme de relations avec leurs autorités.

Migrations et création littéraire

Article de Marie Poinsot, Odile Richard Pauchet, Alexis Nuselovici, et al.

Paru dans la revue Hommes et migrations, vol. 1329, avril-juin 2020, 190 p..

Mots clés : Immigration-Interculturalité, Immigration, Création, Littérature, Motivation, Exil, Mémoire collective, Milieu urbain, Corps, Identité, Poésie, Créativité, Imaginaire, Langue, Esthétique, Norme sociale, Représentation sociale

Le dossier publie des articles de spécialistes autour de questionnements communs : pourquoi le déplacement est-il le moteur de la création littéraire ? Quel imaginaire singulier, dans le vaste domaine littéraire, produit l’exil ? Quels sont les registres et les langues à mobiliser pour inventer des formes stylistiques radicales ? Enfin, si « gagner sa langue d’écrivain » dépend des scènes littéraires, à quel prix faut-il se soumettre aux codes esthétiques et aux procédures qui font la célébrité du moment ? Nécessité existentielle pour l’écrivain, l’acte d’écriture interroge nos certitudes et nos représentations ; c’est son regard subversif sur les réalités migratoires dont nous avons besoin en ce moment.

Accès à la version en ligne